Veuillez Patienter... Veuillez Patienter...
WJRFWJRFScénario : Oh, la belle verte !
  Proposé par dravonne.

Description :

Ce petit scénario sans prétention est destiné à des personnages dans
leur première carrière. Ils vont se retrouver confronter à l'enlèvement d'un
artificier par une bande de maraudeurs gobelins.

Remarque
Vous constaterez dans les profils des personnages (et des monstres) la
présence de deux caractéristiques supplémentaires, Perception et Agilité. Ces
caractéristiques furent rajoutés, dans mon groupe de joueurs, depuis nos
première parties de Warhammer, pour limiter l'omnipotence de l'Initiative
dans les règles de base. Vous êtes bien sûr libre de les ignorez...
Mise en place
Ce scénario se déroule dans un petit village de l'Empire, Farbestaub : sa
localisation n'est pas importante, aussi vous pouvez l'implanter là où cela vous
arrange...
La saison et l'année sont à la convenance du Maître de Jeu : j'ai
personnellement opté pour l'été, saison propice aux réalisations détonantes et
colorées des artificiers...

Synopsis
C'est la panique dans le pourtant d'ordinaire paisible village de
Farbestaub ! Johann Zurt, un vieil artificier qui a pris sa retraite ici a disparu
pendant la nuit. Les joueurs vont découvrir une bande de gobelins qui,
conduits par deux individus retords et insidieux, fomente un plan diabolique :
utiliser des bombes explosives pour leurs exactions futures...
Parallèlement, les personnages vont faire la connaissance d'Hugo et de
Klara deux jeunes gens que le destin pourrait lié, ainsi que celle de Adelbert,
un vagabond de passage dans la région...

Lieux
Farbestaub
Un petit hameau typique, comme en trouve partout dans l'Empire.
« Posé » sur une colline, il regroupe une douzaine de maisons, une auberge,
une forge, un oratoire de Sigmar et une bâtisse imposante, la demeure de
Johann Zurt, l'artificier.

Auberge
Accueillante comme il se doit, elle est tenue par Georg, un bon bougre
bedonnant et jamais avare de commentaires, et par sa femme Katrina, une
femme douce et serviable. Le service est généralement assuré par Klara, leur
fille, même si cet emploi l'ennuie au possible.

Forge
A peine plus grande qu'une cabane, elle résonne chaque matin du son du
marteau sur l'enclume. Le maréchal-ferrant, Hugo, est un grand gaillard
costaud et bienveillant, qui fait également office de palefrenier.

Oratoire
Un peu à l'écart des bâtiments, l'oratoire n'est pas vraiment fréquenté
par les habitants de Farbestaub. Les gamins du village en remplissent
régulièrement le bassin en pierre d'eau fraîche à l'intention de oiseaux.

Demeure de Johann
Plus haute bâtisse du village avec ces deux étages, c'est un bâtiment carré
et sobre. Le rez-de-chaussée est destiné à l'espace de vie, le premier étage
accueille l'atelier et le deuxième étage abrite une rampe de lancement pour
feux d'artifices ainsi qu'une réserve (derrière une porte solide et une serrure de
facture médiocre).

Les environs
Les alentours du village sont boisées, à l'exception des quelques acres de
terres cultivés par les villageois. Une rivière gambade tranquillement à moins
d'une lieue, au Sud, et un petit bloc de vieilles montagnes bouche le paysage,
quelques lieues encore plus au Sud...

Campement des maraudeurs gobelins
Les gobelins ont établis leur campement provisoire au pied des
montagnes. Il y a là, un feu de camp, des couches sommaires, de la nourriture
chassé et de la bière volée. Un coin est aménagé en atelier de chimie en plein
air (une première en Empire, à n'en point douter...)

1ère partie
Farbestaub
Les personnages arrivent à Farbestaub par une belle matinée estivale.
Étrangement, le village est désert. Il n'a pas l'air inhabité, simplement désert.
Et pour cause, la totalité de la petite communauté est réunie dans la grande
salle de l'auberge pour un conseil de crise.
En passant à proximité de l'établissement, les personnages entendront
d'ailleurs les voix mêlées de plusieurs individus...
Le silence se fait au moment où les personnages poussent la lourde porte
de chêne de la respectable hostellerie. Toutes les visages (presque quarante
personnes, hommes, femmes, enfants et même un vieux chien débonnaire
qu'une puce contrarie fortement) se tournent vers eux...
L'ambiance est tendue, certains regards sont abattus, d'autres inquiets.
Georg brise tout de même le silence pour venir accueillir le petit groupe...

Enlèvement
Les joueurs devraient rapidement apprendre les raisons de cette réunion
qui donne à ses visages leurs airs graves. Johann Zurt, un habitant du village, a
été enlevé pendant la nuit.
Normalement, en bons samaritains, les personnages devraient proposer
leur aide. Les villageois sont des gens modestes qui n'ont pas grand chose à
proposer pour leur service. Si par hasard, ils hésitent, faites intervenir Klara :
La fillette fait la moue et tente de convaincre les plus humains des personnages
avec sa petite voix, éventuellement quelques larmes. Bien sûr, elle propose de
se joindre à eux pour les aider dans leur enquête, une occasion parfaite de
quitter l'auberge. Mais pour cela, il faut que son père soit d'accord...

Chez l'artificier
Johann à été enlevé pendant la nuit par les gobelins. Voici comment se
présentent les lieux au lendemain de l'enlèvement :
– la porte d'entrée à été fracturée, sans finesse. Personne n'a entendu de
bruit.
– La chambre présente des traces de lutte. Le vieil homme a été surpris dans
son sommeil, menacé, bâillonné et ligoté. Il s'est débattu, en vain.
– Le premier étage (atelier) ne présente pas de traces des agresseurs. Une
forte odeur de poudre y règne.
– Le deuxième étage non plus. La porte de la réserve est fermée et personne
ne semble avoir voulu la forcer ou la crocheter.
Il est possible de trouver la clé de la réserve en fouillant l'atelier du
premier étage. La réserve abrite quelques barils de poudre noire, ainsi que des
mèches et quelques objets personnels (sans valeur).

Sur l'artificier
En questionnant les habitants du village, les personnages peuvent
apprendre beaucoup de choses sur Johann Zurt :
– Il a longtemps vécu à la grande ville, où il a exercé comme apothicaire,
avant de venir se retirer ici et se consacré à sa passion : les feux d'artifices.
– Il venait régulièrement manger à l'auberge.
– De temps à autres, il expédiait une commande à un client de la ville la plus
proche : une carriole venait prélevait le colis.
– Ces derniers jours, Hugo venait le trouver tous les jours (l'homme se croit
malade, en fait, il est amoureux de XXX).
– Il organise un feu d'artifice pour le village, tous les premiers jours du mois.

Hugo & Klara
En conversant avec les gens du village (ou faisant preuve d'empathie), les
personnages devrait apprendre / comprendre qu'Hugo à un faible pour la
petite Klara, même s'il a du mal à s'en apercevoir. En fait, il tellement
amoureux que son coeur s'emballe et son estomac se noue : c'est pour cette
raison qu'il demandait des remèdes au vieux Johann.
Klara, elle, a à peine remarquer le maréchal-ferrant. Un petit coup de
pouce de la part des personnages pourrait aisément les jeter dans les bras l'un
de l'autre.

Un journée bien remplie
L'investigation (éventuellement secondée par quelques activités à but
matrimoniaux) devrait leur prendre la journée, et peut-être même le début de
la soirée. Le repas du soir leur est offert par Georg. Les principales figures du
village passeront la soirée à l'auberge. Si vous le désirez, vous pouvez faire
intervenir un nouveau personnage, qui fait halte à l'auberge pour la nuit.
Puis chacun gagnera son toit pour un repos mérité...

2ème partie
Les personnages sont invités à dormir à l'auberge, à moins qu'ils
décident de surveiller la demeure de l'artificier (ce qui, au demeurant, serait
une excellente idée !).
Les gobelins ont réussi à enlever l'artificier, mais, stupides qu'ils sont, ils
ont oublié d'emporter de la poudre noire afin que l'homme puisse fabriquer les
bombes. C'est pour cette raison qu'une partie des ravisseurs revient cette nuit
là sur les lieux du crime...

Retour sur les lieux du crime
Après s'être fait sévèrement réprimandés par leurs chefs, deux gobelins
reviennent au village pour s'emparer, cette fois, des barils de poudre noire
stockés dans la réserve.
Les personnages devraient les repérer et les surprendre au moment où
ils pénètrent dans la réserve (ils forcent la porte, ce qui fait du bruit...) pour
prélever quelques petits barils.
Les gobelins ne se battent que s'ils y sont forcés ; il préfèrent prendre la
fuite, chose pas aisée quand on essaie d'emporter des barils de poudre. Ils
lâcheront ces derniers si nécessaire. Faut-il préciser que la poudre noire est
classée « sensible » et qu'il serait malvenue d'approcher une flamme
quelconque à proximité ? Je dis juste au cas où...
Si les gobelins sont tués : et bien, les personnages savent à qui ils ont
affaire, ce qui devrait leur faciliter la tâche.
Si les gobelins sont capturés : ils ne parlent pas l'occidental, il sera donc
difficile d'en tirer quelque chose (peut-être avec la magie). Il est possible de les
« convaincre » de conduire les personnages à leur campement. Notez
cependant, qu'ils essaieront de prendre la fuite, à la moindre opportunité.
Si les gobelins s'enfuient : là encore, les personnages savent au moins à
qui ils ont à faire. De plus, il est relativement aisé de les pister.

Gros dormeurs
Il tout à fait possible que les personnages ne se doutent de rien et
passent toute la nuit à dormir à poings fermés. Dans ce cas, la découverte
d'une nouvelle effraction chez l'artificier, au petit matin, devrait leur donner
un indice pour qu'ils partent à la recherche d'un groupe de gobelins, chargé de
poudre...

3ème partie
Les personnages partent donc à la recherche d'une bande de gobelins et
d'un vieil artificier. S'ils cherchent au Sud du village, il peuvent trouver
(compétence pistage) les traces des gobelins. En remontant ces traces, ils
tomberont nez-à-nez avec... Adelbert !

Le vagabond
Adelbert est en train de fouiller dans les environs (ce qui pourrait faire
naître toute sorte de théories dans les esprits créatifs et torturés des joueurs...)
: il a égaré son outre alors qu'il traversait la région. Comme il y tient
énormément (c'est le cadeau d'un prête itinérant hobbit), il est revenu sur ses
pas en espérant la trouver. Il n'a rien à voir avec l'enlèvement de l'artificier...
Des personnages silencieux le surprendront et lui feront certainement
peur. En fait, il lui a semblé entendre un groupe de gobelins dans les parages ;
il tient donc pas à s'éterniser dans les environs...
Poli et avenant, Adelbert leur propose de tailler une bavette et de casser
une croûte, si l'heure est appropriée. Si les personnages lui proposent de l'aider
à chercher son outre, il accepte avec une joie non-feinte. Des personnages qui
réussissent un jet de Perception, c'est celui qui obtient la plus petite unité à son
dé qui met la main sur l'objet. Adelbert le remercie alors chaleureusement (à
moins que le personnage, fourbe, garde l'objet pour lui et se tait ?) en
rappelant combien l'objet, si anodin d'aspect, lui est cher et pourquoi...
Après quoi, il reprend la route...

La piste des gobelins
Il est assez aisé de suivre les gobelins ; ils ont traîné le pauvre Johann, ce
qui laisse pas mal de traces : bouts d'étoffe accrochés à une racine, sillon dans
la terre, éventuellement trace de poudre noire si les gobelins ont réussi à
emporter les barils.
Les personnages devraient donc arriver rapidement en vue du
campement...

Le campement des gobelins

Si les personnages agissent de jour : Johann prépare de la poudre noire
au milieu de ce que l'on pourrait appeler un petit atelier improvisé. Il est
surveillé par deux gobelins. Les autres vaquent à diverses occupations :
discussions, nourritures, jeux stupides.
Si les personnages attendent la nuit : les gobelins montent la garde, par
groupe de deux. Au moindre bruit, ils donneront l'alerte.

Face à face !
Il y a de fortes chances que tout ça finisse en combat. Il est alors
important de noter que le campement est plein de poudre et de torche : les
gobelins n'hésiteront pas à s'en servir, avec plus ou moins de réussite. Johann
s'est débrouillé pour que certaines bombes soient en fait des gros feux
d'artifices, donc relativement inoffensifs, mais très esthétiques...

Épilogue
Kob'trog et Kab'trag tenteront de prendre la fuite si les choses tournent
mal. A vous de voir s'il y parviennent. Si c'est le cas, il se pourrait qu'ils
reviennent dans un scénario futur avec un autre plan machiavélique et d'autres
sbires stupides...

Au village, les personnages seront acclamés et congratulés. Le temps de
se remettre de ces émotions et Johann organisera un superbe feux d'artifices
en l'honneur de ses sauveurs.

La soirée sera peut-être un tournant pour Hugo et Klara, pour peu que
les joueurs leur est donné un petit coup de pouce...

Si un personnage lui en fait la demande, Johann acceptera de prendre un
apprenti qui pourra alors embrasser la carrière d'artificier, moyennant les 100
points d'expérience coutumier.

Adelbert est un personnage que les joueurs seront peut-être amenés à
recroiser par la suite, à quelque endroit du Vieux Monde.

Expérience
100 xp : pour avoir ramené Johann sain et sauf
20 xp : pour avoir surpris les gobelins dans la réserve.
20 xp : pour avoir aidé Hugo et Klara.
20 xp : pour avoir aidé (de manière désintéressée) Adelbert à retrouver sa précieuse outre, égarée dans la forêt.
20 xp : pour une bonne interprétation d'un personnage.

Source : Web - Scénariothéque

Retour RETOUR  
Revenir en Haut HAUT  
WJRFWJRFRecherche
WJRFWJRFConnexion