Veuillez patienter...

Schuten

Source : WJDR - Supplément V2 WJDR - Héritiers de Sigmar, guide de l'Empire (Les), proposé par Fenryll.

Chargement en cours...

Latitude : 73.52282 | Longitude : -19.39316
Village (78 habitants)
Pauvre (1)
Nordland, Empire.
Agriculture.
Milice : 8.
Ventes : - / Achats : -

 

Situé entre Beeckerhoven et Norden, sur la route qui mène à Erengrad, le village de Schuten est une étape de prédilection pour les voyageurs qui cherchent à passer une nuit confortable, mais aussi pour les chasseurs qui ont besoin d'une base pour leurs expéditions dans les collines Roncières, au sud. On y trouve l'auberge Brombeerstrauch, relais de coche fortifié, tenu par Augustus Hargrimsson, ancien mercenaire nain à la jambe de bois. Hargrimsson bénéficie d'une concession à vie pour gérer l'auberge depuis qu'il a sauvé la vie du baron local, Helmuth Adenauer, contre une vouivre, à l'issue d'un combat qui lui coûta la jambe.

L'auberge peut accueillir jusqu'à trois voitures avec leurs chevaux et Augustus emploie l'un de ses cousins de clan pour officier comme forgeron, choix que le propre forgeron du village a du mal à avaler. L'auberge dispose d'une grande salle commune qui donne sur deux petites arrière-salles, tandis qu'on trouve à l'étage plusieurs chambres pour ceux qui préfèrent éviter le dortoir. Hargrimsson, qui est veuf, a ses quartiers au rez-de-chaussée, attenants à la cuisine. Si Hargrimsson se charge de servir à boire, les fourneaux sont sous l'autorité d'une femme de Salzenmund, du nom d'Erika Fleisch. La nourriture, sans être fantastique, est chaude et rapidement servie, ce qui correspond somme toute aux attentes des voyageurs fourbus. Hargrimsson brasse sa propre bière, réputée pour être la meilleure du Nordland, avec du houblon et des céréales locales.

À Schuten, la vie n'est pas facile depuis peu, la guerre [de 2522 CI] n'ayant laissé de place qu'à la circulation d'unités de l'armée. Les officiers qui font étape à l'auberge profitent du gîte et du couvert en laissant des billets à ordre qu'il est pratiquement impossible d'encaisser. Plusieurs hommes du village ont été appelés à la guerre, si bien qu'on manque de bras robustes pour entretenir les champs et assurer la moisson le moment venu. Si les choses durent encore longtemps, il ne restera plus qu'un village désolé.

Retour