Veuillez patienter...

Mentreda

Source : Traduit de A GUIDE TO THE BORDER PRINCEDOM OF KHYPRIS par S. LEWIS, proposé par Fenryll.

Chargement en cours...

Latitude : 46.53587 | Longitude : -25.35482
Bourg / Petite ville (980 habitants)
Aisée (3)
Khypris, Principautés frontalières.
Textiles, Grain, Eau-de-vie.
Garnison : 155 / Milice : 95.
Ventes : 500 / Achats : 1.5

 

La ville de Mentrada est située sur un tor, une colline naturelle aux pentes abruptes, ce qui en fait une forteresse naturelle. La ville est construite sur les ruines d'une colonie beaucoup plus ancienne qui serait vraisemblablement d'origine naine.

Des preuves archéologiques récemment découvertes dans les terres stériles à l'est de Khypris et dans les ruines sous Mentreda laissent à penser qu'une communauté naine était historiquement installée dans la région, dont la colonie principale était située à l'intérieur du tor sur lequel est bâti Mentreda.

Les érudits ont en effet découvert les ruines d'un pont qui se trouvait autrefois à Mentreda, ainsi qu'une route qui devait mener aux anciennes mines naines dans les montagnes à l'est de Philany. Ils pensent que cette communauté naine était un avant-poste de Karak Izor et qu'elle a été abandonnée une fois que les nains ont épuisé les veines minérales qu'ils avaient trouvées dans les montagnes... Certains prétendent que c'est à cause des Nains si ces montagnes sont aujourd'hui dénuées de richesse et que leurs techniques minières sont à l'origine des "roches noires" situées au nord.

Les Roches Noires sont une série de falaises et de fissures formées par un grand bouleversement de la terre qui s'étendent sur environ 90 km d'ouest en est. C'est un endroit désolé, comme si les montagnes avaient été abattues en deux il y a plusieurs siècles, créant d'énormes falaises de part et d'autre. La roche est faite de verre volcanique noir et une profonde fissure traverse le sol d'où se dégage encore des gaz nocifs... Nul ne sait si cela a été causé par une catastrophe naturelle ou provoqué par les Nains. Personne n'ose leur demander et ils n'en parlent pas...

Retour