Veuillez patienter...

Gisoreux (Guisoreux)

Source : WJRF - Supplément V1 WJRF - Livre de Base, proposé par Fenryll.

Chargement en cours...

Latitude : 66.89899 | Longitude : -55.49896

Gisoreux (Guisoreux)

Cité (18 000 habitants)
Très riche (5)
Gisoreux, Bretonnie.
Source de richesse inconnue.
Forces inconnues.
Ventes : - / Achats : -

 

C'est la plus grande des cités Bretonniennes, avec une population qui atteint les 18 000 âmes. La grande majorité de cette population est pauvre, infirme, malade et politiquement instable. En fait, les Gangs Guisoriens sont des entités particulièrement craintes qui, fréquemment, descendent dans la rue pour se livrer à des orgies de vol et de violence.

Stratégiquement, Guisoreux, est une cité particulièrement importante ; au confluent du fleuve et de la rivière Ois, elle contrôle les 150 km de la brèche qui séparent les Pâles S½urs des Montagnes Grises. C'est de là que Gilles Le Breton entama sa campagne de conquête des régions avoisinantes celle qui devait mener à la formation de la Bretonnie. Une gigantesque statue de ce puissant guerrier domine la place centrale du marché.

Désormais, en dépit de son histoire illustre et de la place toute spéciale quelle s'est attribuée dans les annales de la Bretonnie, la cité de Guisoreux est entachée d'une misère et d'une décadence plus manifeste ici que dans toutes les autres cités de Bretonnie qui n'en sont pourtant pas exemptes. Les agitateurs et les voleurs sont les moins dangereuses des créatures qui hantent les centaines de kilomètres de tunnels désaffectés et d'égouts des souterrains de la cité. Là ce sont les ténèbres de passages effondrés et oubliés qui cachent les agissements des adeptes du Chaos.

Généralement, ce sont des aristocrates en quête de nouveaux frissons, qui se sont laissés corrompre au cours de leurs perpétuelles recherches de nouvelles expériences de puissance et d'exotisme. Ils sont nombreux, parmi les nantis, ceux dont le goût pour le bizarre s'étend jusqu'à la vénération des Dieux des Ténèbres et qui ont trouvés, dans les souterrains de Guisoreux, l'abri et la discrétion dont ils avaient besoin.

Le labyrinthe de passages constitue également une demeure pour de nombreuses créatures obscures et nuisibles qui cherchent le refuge de la noirceur, vivant des ordures de la cité du dehors, ou sortant furtivement à la nuit tombée pour s'assouvir aux dépens des faibles et des désespérés. Quoique la vénération des Dieux du Chaos ne soit pas ouvertement admise, dans cette décadence, l'opposition n'en est pas moins molle.

Retour