Veuillez patienter...

Sang Noble (Noble blood)

Source : Warpstone magazine Magazine - Warpstone n°11 (Automne 1999), proposé par Fenryll.

Aucune note

Thème : Aventure

Joueurs : 3 / 5

Difficulté : Facile

Lecture : ~70mn. (17461 mots)

Découverte Gestion de personnes Infiltration Organisation


Authentifiez-vous pour donner votre avis.

Version imprimable / pdf


Ce scénario se déroule à l'Est de l'Empire, bien que sans localisation précise. Il nomme deux petites villes et suppose que Talabheim est la ville majeure la plus proche, bien qu'elle soit suffisament éloignée. La nature du scénario implique qu'il est situé dans une zone où une guerre privée peut facilement avoir lieu sans être remarquée par le reste du monde. Le scénario a un aspect un peu plus "ancien" que beaucoup de ceux publiés pour WFRP. La situation, la technologie et le lieu donnent l'impression d'être revenu quelques centaines d'années en arrière, à une période médiévale plus primitive (par opposition à la Renaissance).
Le scénario utilise les compétences et les profils de l'article Noblesse et Royauté trouvé dans le Nouvel Apocryphe (publié à l'origine sous le titre Noblesse Oblige dans White Dwarf 91). Cette lecture est recommandée cependant, si vous n'y avez pas accès, vous ne devriez pas avoir de problèmes à utiliser Sang Noble.

La guerre !

Situées à 80 km l'une de l'autre, les villes de Stratenheim et de Kappelburg sont dirigées par les familles nobles von Stratenheim et von Syberg. Pourtant, depuis près de trente ans, elles sont en guerre. Personne ne sait exactement comment cela a commencé, mais les deux camps se sont accusés de lâcheté après l'échec d'une entreprise commune contre une bande de gobelins. Chaque fois que le sang a été versé, la haine et la guerre se sont intensifiées. Les deux camps sont lourdement endettés auprès de divers prêteurs et n'ont aucun moyen de les rembourser. Les habitants de leurs terres ont beaucoup souffert. Des raids incessants menacent leur bétail et beaucoup sont enrôlés pour combattre, sans parler des impôts qui ne cessent d'augmenter.

Lors de la dernière escarmouche, Lord Ernst von Syberg a été capturé par Lord Stefan von Stratenheim et, comme le veut la coutume, envoyé à Stratenheim afin de réclamer une rançon. Le Duc Reiner von Stratenheim, comprenant à quel point la guerre était devenue insensée, et devenant rapidement incapable de payer ses dettes, décida que c'était la meilleure opportunité pour la paix. Il envoya son fils Stefan à Kappelburg. Officiellement, c'était pour commencer à négocier la rançon de Lord Ernst, mais officieusement, c'était pour négocier la paix et servir de garantie. Son arrivée à Kappelburg a été très bien accueillie par le Baron Wilhelm von Syberg. Craignant pour la vie de son fils et trop fatigué et malade pour poursuivre la guerre, il cherchait depuis longtemps lui aussi un moyen d'y mettre fin.

Une paix inquiète et fragile règne désormais. Le Duc Reiner doit se rendre à Kappelburg pour remettre le seigneur Ernst et conclure la paix. Des rumeurs ont circulé et le peuple est certain que la fin est proche. Peu de gens se souviennent de la paix et, bien que la haine et les souvenirs amers soient forts, il règne une atmosphère d'optimisme. L'imminente fête des morts, en l'honneur de Morr, permet à tous de célébrer la paix à venir. C'est la nuit du festival que les PJs arrivent à Kappelburg.

Cependant, tout le monde n'est pas heureux que la paix soit à portée de main. La guerre a été longue et dure, et la paix est perçue comme une trahison de tous ceux qui sont morts. D'autres ont simplement l'intention de ne pas perdre de bénéfices. Ils considèrent la décision du Baron comme une faiblesse et ont l'intention de l'arrêter à tout prix.

Les familles dirigeantes

Vous trouverez ci-dessous les personnalités des familles nobles de Kappelburg et Stratenheim. Certaines d'entre elles ne seront pas rencontrées dans le scénario, mais sont décrites à des fins d'information et peut-être de référence future.

Les von Stratenheim
Les archives personnelles des von Stratenheim retracent leur histoire jusqu'à l'époque de Sigmar lui-même. Dans les années qui ont suivi la naissance de l'Empire, ils sont devenus puissants et riches. Parmi eux, ils se souviennent de deux Primes États, d'un grand maître de l'Ordre du Coeur Ardent et de nombreux postes militaires et judiciaires de haut rang. Pendant un temps, ils ont failli régner sur le Stirland. Une charte impériale de 1718 CI leur a donné le droit de frapper leur propre monnaie, ce qui montre à quel point ils étaient puissants. C'est un honneur qu'ils détiennent toujours, bien qu'il soit rarement utilisé.

Cependant, l'indiscrétion (très étouffée) d'un précédent duc les a ruinés. La famille s'est retirée dans la maison ancestrale de Stratenheim et le déclin s'est poursuivi depuis. Il y a 400 ans, ils ont été contraints de vendre la partie orientale de leurs terres pour payer des dettes croissantes. Ces terres ont été baptisées Kappelburg (sur lesquelles se trouve aujourd'hui la ville) et la famille von Stratenheim continue de penser qu'elles lui reviennent de droit, ce qui a été source de nombreuses tensions au fil des ans.
La guerre n'a en rien amélioré la situation de la famille. Une fois de plus, ils sont lourdement endettés (notamment auprès des prêteurs de Marienburg). Cependant, s'ils retrouvent la paix, de nombreux observateurs affirment que l'héritier actuel, Lord Stefan , a la capacité et la personnalité pour restaurer leur bonne fortune.
Le blason de la famille est celui d'un sanglier debout sur un tas de pièces. Il est souvent représenté avec un serpent, symbole du Chaos, fermement serré dans sa gueule.

Le Duc Reiner
Vieux guerrier fier, Reiner mène le front et est une figure populaire auprès de son peuple. Bien que la guerre le préoccupe depuis quelques années, il ne voit pas comment y mettre fin. En vérité, il n'est pas assez fort pour le faire, se contentant de faire les choses comme elles ont toujours été faites. Avec la capture de Lord Ernst, les conseils de sa femme et de son fils aîné lui ont fait comprendre que c'était la meilleure opportunité pour la paix. Sa décision est également influencée par le fait que les niveaux des coffres sont de plus en plus bas et qu'il devient simplement vieux. Récemment, il est devenu fatigué et mélancolique. Son bras gauche n'a pas guéri d'une blessure et une certaine raideur est évidente. Mesurant un peu moins d'un mètre quatre-vingts, on le voit rarement sans son armure complète et sa cape en peau d'ours. Il porte une épée, mais un écuyer portant son épée à deux mains préférée n'est jamais loin.
Reiner a passé une grande partie de sa jeunesse à Kislev en tant qu'écuyer à la cour royale. C'est là qu'il a appris à aimer l'érudition, comme en témoigne la bibliothèque de Stratenheim. Une fois sa formation terminée, il est rentré chez lui pour apprendre de son père. Cependant, après seulement deux ans, son père se retrouve gravement blessé et reste alité pour le reste de sa vie. C'est là qu'il devient de plus en plus amer, poussant la guerre avec Kappelburg encore plus loin : détruisant deux villages si jamais Kappelburg en détruit un. Il sombre dans la folie, obsédé par l'idée de retrouver les terres perdues de la famille. Reiner craint de finir comme son père.
Le Duc croit fermement qu'il est de son devoir de protéger son peuple. Le revers de la médaille est qu'il sait qu'ils sont là pour se battre et mourir pour lui. Il est un adepte d'Ulric (acquis à Kislev) mais croit aussi aux idéaux de Sigmar.

Duchesse Marianne
Reiner a rencontré Marianne à la cour de Kislev, où, en tant que fille cadette d'une famille noble mineure Talabeclandaise, elle servait en tant que dame d'honneur. Ils se sont mariés par amour, à la grande déception du père de Reiner, car la dot de la jeune femme était très faible. Marianne est populaire auprès des habitants de Stratenheim. Elle est une fervente adepte de Shallya et de Sainte-Hélène (Warpstone 6) et passe du temps au sanctuaire de la ville pour soigner les affligés.
Marianne mesure un mètre quatre-vingts, mais elle a depuis longtemps perdu la gêne que lui procurait sa taille lorsqu'elle était petite, et a acquis une certaine élégance. Ses longs cheveux noirs sont parsemés de gris et attachés en arrière comme le veut la mode actuelle. Elle essaie de suivre la mode de la cour et achète des robes aux quelques marchands qui passent par là.
Elle méprise la guerre, bien que seule sa famille soit au courant. Avec l'aide de Stefan , elle a convaincu Reiner de lui permettre de voyager à Kappelburg. Elle passe souvent du temps avec sa fille Natja, qu'elle a essayé de protéger du monde. Son plus grand chagrin est la relation avec son deuxième fils, Alexander. Stefan et Alexander sont des personnages complètement différents et l'hostilité d'Alexander envers elle est très bouleversante.

Lord Stefan
L'héritier de Stratenheim, Stefan incarne beaucoup des idéaux de la chevalerie. Combattant accompli, il est honorable et courageux. Il est aussi intelligent et aime apprendre : une passion héritée de son père. Il est également idéaliste et, dans une certaine mesure, naïf, deux qualités qui lui ont valu des ennuis.
Il a fréquenté l'université de Nuln, et dans la ville a attiré l'attention de la cour. Bientôt, Stefan était un invité populaire dans les meilleures fêtes. Cependant, il a également impressionné beaucoup de monde avec ses connaissances et ses compétences diplomatiques évidentes. Beaucoup ont commencé à croire qu'il serait celui qui rétablirait les Stratenheims dans la hiérarchie impériale. En ville, il a commencé à suivre les idéaux de Sigmar plus qu'Ulric, que sa famille vénère.
Une nuit dans les rues de la ville, il a sauvé la vie d'un marin ivre. L'homme, Otto , a juré de servir Stefan et est maintenant son fidèle garde du corps. L'autre amitié proche de ses années dans la ville, était la servante d'un marchand, Liz Stolherd. Enfant, elle vivait à Kappelburg mais cela n'a pas empêché Stefan de tomber amoureux d'elle. Cependant, après avoir terminé ses études, il est rentré chez lui, laissant Liz derrière lui. Il ne devait jamais découvrir qu'elle était enceinte de lui.
Stefan veut élever sa famille à la gloire du passé et sait que la guerre avec Kappelburg doit d'abord être terminée. Il voit aussi ce qu'elle fait aux gens, et déteste leur souffrance. Ironiquement, il est le moins populaire de la famille.
De retour à Stratenheim, il a rapidement prouvé son aptitude au combat, à la fois personnellement et en tant que chef. Il a failli capturer Lord Ernst et Lady Yvette von Syberg il y a deux ans à Krolter. Il maintient une discipline stricte avec ses troupes et interdit de nombreux excès des troupes en maraude. Son moment de vérité est arrivé récemment avec la capture de l'héritier von Syberg, Lord Ernst. Cela a conduit à l'actuelle tentative de paix. Avec seulement Otto comme compagnon, il est entré dans la fosse aux lions.
Grand et mince, Stefan a des cheveux et une barbe blonds poussiéreux. On le voit habituellement vêtu d'une armure de cuir, portant une rapière et une main gauche. La plupart du temps il est de bonne humeur. Otto sera toujours à ses côtés, traité comme un égal.

Otto
Dans sa trentième année, Otto a consacré sa vie à protéger son ami Stefan . Enrôlé dans l'armée à seulement quinze ans, il a fini dans les forces marines de Nuln. Cependant, son bon service a pris fin après des années d'alcoolisme. Être ivre en service lui a valu trente coups de fouet - des cicatrices qu'il porte encore. Les rues l'ont accueilli lui et sa bouteille. Cette période s'est terminée lorsque Stefan est intervenu pour empêcher certains fantassins de lui trancher la gorge pour les quelques pistoles dans sa poche. Otto a été nourri et soigné jusqu'à ce qu'il soit guéri. Sobre, Otto a juré de servir Stefan et avec le temps l'a convaincu qu'il était sérieux.
Plus petit que Stefan , il prend soin d'être bien rasé et élégant. Sa peau est bronzée et quelque peu cuivrée, résultat d'années passées sur les rivières de l'Empire. En plus des cicatrices de fouet sur son dos, il en a une grande sur une joue, le résultat d'une flèche qui est venue trop près.

Seigneur Alexander
À peine âgé de vingt et un ans, Alexander est un guerrier accompli et aime la guerre pour le plaisir de la guerre. Envoyé à Nuln pour étudier à l'université, il a rejoint une unité de Mercenaires . Il a passé deux ans à combattre dans les Principautés Frontalières, où il s'est fait un nom. Il est retourné à Stratenheim pour faire la guerre à Kappelburg, l'absence rendant sa haine pour les von Syberg plus forte. Les raids qu'il a menés ont été brutaux et il est très craint. Seule l'influence de son père et de son frère le retient.
C'est une tête brûlée, il est connu pour rapidement se mettre en colère s'il est poussé. Il n'aime pas sa mère en raison de son mépris pour la guerre, ce qu'il ignore chez Stefan . Habituellement suivi par un groupe de parasites, quand il ne se bat pas ou ne s'entraîne pas, il boit. Il y a des rumeurs d'un viol récent, mais bien qu'avéré, celui-ci a été caché. Pour lui, les roturiers sont juste un cran au-dessus des animaux et à peu près aussi utiles. Une amulette à tête de loup marque sa loyauté envers Ulric, et il croit qu'il faut être "comme un loup" : féroce, brutal et fort. Avec son crâne rasé, il fait preuve d'arrogance et d'intolérance.

Lady Natja
Âgée de dix ans, Natja va bientôt être envoyée à la cour de Kislev pour apprendre les manières de la noblesse. Ses parents espèrent également qu'elle y rencontrera peut-être un futur mari. Ce n'est pas qu'elle veuille y aller. Elle est très timide, et à cause de la variole, très nerveuse quant à son apparence. On la voit rarement sans maquillage pour la couvrir. Son apparence est très similaire à celle de sa mère.

Les von Syberg de Kappelburg
Les von Syberg ont récemment rejoint la noblesse. Cet honneur leur a été conféré par Magnus le Pieux en remerciement de la loyauté et des services qu'ils lui ont rendus durant ses campagnes. Le premier baron était un proche conseiller de l'empereur et a été récompensé par les terres de Kappelburg. Auparavant, les membres de la famille étaient connus pour être de braves guerriers et la célèbre "Ballade d'Oskar et des six ogres" aurait été écrite à propos d'un de leurs ancêtres. Cependant, pour diverses raisons, ils n'avaient jamais atteint les rangs de l'aristocratie (ils changeaient de camp pour de l'or un peu trop facilement). Une branche éloignée de la famille est très influente à Talabheim. Bien qu'elle ait fourni des fonds pour le conflit actuel, elle a récemment refusé d'en envoyer davantage.
Le service du Baron à Magnus a également coïncidé avec sa conversion aux idéaux de Sigmar, une dévotion transmise à chaque génération, y compris la dernière. Les plus jeunes membres sont souvent devenus clercs et la famille a incorporé la comète à deux queues dans ses armoiries. Celui-ci contient également un poing maillé soutenu par l'aigle impérial et la devise "En Sigmar Nous Croyons". Un quart de l'écu reste nu, "pour des actions futures".
Les von Syberg ont construit la ville de Kappelburg, en exploitant les routes commerciales proches et les excellentes ressources en bois. Les anciens membres de la famille occupaient des postes mineurs mais bien rémunérés à la Cour impériale et le trésor était plein. Cependant, comme à Stratenheim, la guerre a épuisé les ressources jusqu'au point de rupture. Kappelburg s'est largement appuyé sur les Mercenaires , un engagement coûteux. Ils ont actuellement deux unités de ce type à leur solde.

Wilhelm von Syberg, Baron de Kappelburg
Le baron, qui vient de fêter son cinquantième anniversaire, a passé la majeure partie de sa vie à faire la guerre. Aujourd'hui, il n'est plus que l'ombre du personnage qu'il était, une maladie récente ayant presque détruit son corps. Les gardes et ses médecins le soignent toujours. Appuyé sur un bâton, il porte des fourrures coûteuses et porte toujours une épée. Une paire de gants en mailles est accrochée à sa ceinture. Sa barbe et ses cheveux sont blancs, sa peau d'une pâleur mortelle n'est éclairée que par une paire d'yeux bleus très expressifs,
Wilhelm a fait la guerre pour défendre le nom de sa famille et pour protéger le pays des von Stratenheim. La mort de sa femme dans une embuscade lui a aussi longtemps donné des raisons de les haïr. Cependant, la capture de son héritier Ernst a fait comprendre à Wilhelm que la guerre devait prendre fin. Il craint pour la vie de son fils mais craint aussi que son frère Ulrich ne devienne Baron (sa propre fille n'étant pas éligible). Il pense qu'Ulrich ferait un dirigeant mauvais et brutal et qu'il ruinerait la famille. Comme ses adversaires, il est à court d'argent et voit peu de moyens d'en obtenir davantage. Cependant, il a fallu Lord Stefan pour lui faire voir tout cela. Malgré lui, il aime Stefan et l'admire pour son courage à venir à Kappelburg.
Wilhelm a grandi à Kappelburg, apprenant les arts martiaux. Il a eu pour tuteur un Clerc de Sigmar, et ses idéaux ont tempéré la haine qu'on lui a inculquée pour Stratenheim. Il a passé trois ans à Talabheim à négocier de l'argent, n'aimant pas la ville et les intrigues de la cour. Il y a développé un amour de la musique et a employé une succession de musiciens depuis. Son autre grand amour est l'équitation dans ses terres et il a toujours porté un grand intérêt à l'écurie familiale.

Seigneur Ernst
L'héritier des von Sybergs, il a été capturé par Stefan dans une récente escarmouche. Bien qu'il soit un combattant courageux, il n'est pas très bon tactiquement. Un défaut dont il n'est pas conscient, la défaite était la dernière d'une série d'échecs. Cependant, il a mené ses hommes dans deux victoires célèbres et donc beaucoup ne voient pas ces faiblesses. Ernst vit pour la gloire sur le terrain et ne craint pas de sacrifier ses hommes pour l'obtenir. La guerre lui donne l'occasion de gagner cet honneur.
En dehors du champ de bataille, il est plus faible. Il est généralement d'accord avec son oncle et écoute toujours sa soeur Yvette , bien qu'elle ne lui donne jamais son avis en public. Il attend avec impatience le jour où il sera Baron.
Grand et beau chevalier, Ernst est aimé par les habitants de Kappelburg. Il porte son armure lorsqu'il est hors du palais (et est autorisé à la porter en captivité) et privilégie la lance. Homme tranquille, il laisse les autres parler lors des conversations et accepte leurs points de vue. Cela tend à donner aux gens une opinion favorable de lui. Il est malheureux en ménage, sa femme Margret détestant le mode de vie "rural" auquel elle a été contrainte après avoir quitté Altdorf. Le fait qu'elle n'ait pas d'enfant a donné lieu à de nombreuses rumeurs et inquiétudes.

Dame Yvette
À vingt-cinq ans, elle est de deux ans plus jeune que son frère Ernst, mais son égale en bien des points. En effet, elle est l'héritière de l'habileté tactique de son père. Elle est une guerrière expérimentée et dirige sa propre unité sur le terrain. Elle est une héroïne pour le peuple de Kappelburg, et toute opinion négative sur ses capacités de combat a depuis longtemps disparu. Ses propres hommes lui sont totalement loyaux.
Yvette a toujours été une enfant forte, survivant à un autre frère aîné qui est mort à l'âge de trois ans. Avec le soutien de sa mère, elle a été formée aux côtés d'Ernst. De plus, elle n'a pas tardé à apprendre les manières de la cour, ce qui a amené beaucoup de gens à se demander si elle ne serait pas envoyée à la cour impériale, peut-être pour s'assurer une alliance par le mariage. Cependant, le moment venu, elle refusa d'y aller et menaça de suivre sa propre voie.
Quelques jours après son dixième anniversaire, sa mère a été tuée dans une embuscade à Stratenheim. Depuis lors, elle déteste les von Stratenheim et se bat pour la victoire. Cela domine sa vie. Une fois, après avoir capturé un cousin des von Stratenheim, elle l'a fait écarteler par quatre chevaux. Elle croit que son père est maintenant fou et que la paix est le résultat de cela. Ne faisant pas confiance à Ulrich pour aller contre son frère, elle a décidé de prendre des mesures pour que la guerre continue.
Avec ses longs cheveux et ses yeux bleus étonnants, on pourrait la qualifier de belle. Cependant, il y a une certaine dureté en elle qui tempère cela. À l'intérieur de la ville, elle porte des robes coûteuses (avec un poignard et une main gauche dissimulés) tandis qu'à l'extérieur, elle porte une armure complète, préférant utiliser des fléaux.

Duc Ulrich
De cinq ans plus jeune que son frère le Baron, il est très différent de lui. Très trapu, la plupart de ses muscles se sont transformés en graisse. Cela est dû en partie à son amour de la bonne nourriture et du vin. Chauve et grisonnant, son visage poupin est dominé par une énorme moustache de "morse" cirée. C'est un peu par vanité qu'il n'a pas autorisé de portraits récents de lui-même. Il est plein d'arrogance et d'orgueil et n'a que peu d'estime pour ceux qui ne sont pas des Gentilshommes. Il a tendance à ne pas considérer les pauvres comme des personnes, mais comme de simples outils destinés à le servir s'il le souhaite. Il se met très vite en colère, surtout lorsqu'il est interpellé par ceux qu'il considère comme ses inférieurs sociaux. Tout comme Yvette , il déteste les von Stratenheim et veut que la guerre continue. Cependant, il obéit à son frère dans tous les domaines.
Ulrich est un vieux fou et n'a pas beaucoup de profondeur. Il s'est marié trois fois, mais un seul enfant a survécu. Mathieu , son fils, est une déception pour lui, car il n'a pas adopté le mode de vie des guerriers comme il l'aurait dû. Sa femme actuelle, Hilda, est une jeune fille de vingt-trois ans qu'il aime bien (la première de ses femmes qu'il apprécie réellement).

Seigneur Mathieu
Fils un peu timide du Duc Ulrich , Mathieu s'est lié d'amitié avec Lord Stefan depuis son arrivée. Il est un guerrier compétent mais n'aime pas la guerre. Il aurait préféré être un Erudit et passe autant de temps qu'il peut à étudier. Son sens du devoir est fort et il ne poursuivra pas ses rêves tant que la guerre ne sera pas terminée. Ernst et Yvette ne l'aiment pas mais il s'entend bien avec son oncle Wilhelm. Le baron a reconnu les compétences de Mathieu et lui demande conseil depuis quelques années déjà.
Mathieu a le caractère trapu de son père, sans compter les premiers signes d'héritage de sa calvitie. Son oeil gauche est constamment injecté de sang, résultat d'un coup de masse sur la tête. Il porte une amulette avec un emblème de chouette en l'honneur de Verena. Il parle calmement et réfléchit soigneusement à ce qu'il dit.

Les trois potences

Le scénario commence dans un relais de poste nommé Les Trois Potences. Personne ne sait comment ce nom est apparu, mais les habitants se tapotent le nez d'un air entendu quand on le leur demande. Lorsque les PJ arrivent, l'endroit est presque vide, seuls le personnel et un groupe de marchands sont assis dans la salle principale. Le propriétaire, Rickard se précipite vers les PJ pour les accueillir, les installer près du feu et leur recommander le cidre local. Des chambres bon marché sont disponible et le garçon à tout faire apporte bientôt les boissons.

Le marchand s'assoit à sa table avec quatre autres personnes. Il est de toute évidence riche, couvert de vêtements fins et de bagues, et visiblement bien nourri. Parmi les autres, trois semblent être ses gardes du corps et sont en train de jouer aux cartes avec lui, une pile de pistoles a été constituée au milieu de la table. L'un d'entre eux est un grand homme avec un crâne chauve et brillant. Il éclipse l'homme assis à sa droite, un petit individu maladroit penché au-dessus d'un registre et marmonnant en tiléen. Si un PJ approche, les gardes du corps se dressent comme un seul homme pour lui barrer le passage. Toutefois, après avoir remporté une manche, il interpelle les PJ, « Mes amis, il est si facile de gagner de l'argent dans ce monde, n'est-ce pas. »

L'aubergiste expliquera que l'homme est ici depuis hier et attends une caravane. Le marchant vient de Delbertz et attend un chargement en provenance de Talabheim. L'aubergiste n'a cependant aucune idée de ce dont il s'agit.

Heiner Mack est un marchand d'armes qui fournit des armes, armures et chevaux pour les deux camps en conflit depuis des années. Il attend de nouvelles ressources qu'il compte vendre aux von Stratenheims. Toutefois, avec la chance pour que la paix s'installe, il a concocté un plan pour s'assurer que la guerre continue. Il interviendra ultérieurement pour tenter d'arrêter les PJ. Cela risquerait après tout de nuire à son profit.

Tôt dans la soirée, les PJs entendent des cris provenant du garçon de service. Mack le tient par le bras et le frappe. Rickard accourt et le supplie d'arrêter. Mack dit "C'est bien fait pour lui, il s'est encore trompé dans la commande de l'un de mes hommes. Il veut de la bière bouillie." Il pousse Kes loin de lui. "Occupe-toi de ça, l'aubergiste, ou tu seras le prochain."

Un peu plus tard, un carrosse arrive, les cinq passagers entrent les premiers. Les deux cochers, qui saluent joyeusement le personnel et se plaignent de l'état des routes, les suivent. Une nounou et ses deux enfants font partie des passagers en route pour rejoindre leur famille. Un gladiateur et son entraîneur/manager forment le reste du groupe. Conrad Jager emmène son combattant Theo Herzog, un jeune homme petit et bien bâti, dans la fosse de Talagaad pour gagner de l'argent. Conrad a promis à Theo richesse et gloire depuis qu'il l'a découvert dans son village. Ce qu'il ne lui a pas encore dit, c'est qu'ils s'arrêteront à Kappelburg pour se battre, un match que Conrad a arrangé avec un vieil ami. L'opiniâtre Conrad, qui domine complètement son jeune protégé, domine toute conversation.

Après quelques verres, Conrad chante les louanges de Théo à qui veut bien l'entendre. Au bout d'un moment, Mack en a marre et envoie Alfredo voir Conrad, en lui disant que Gaunt pourrait faire mordre la poussière à Théo. Conrad accepte pour un pari de 50CO. Les deux autres gardes du corps de Mack commencent à faire de la place au sol, encouragés par les plaintes inquiètes de Rickard. Les deux parties conviennent qu'il n'y aura pas d'armes et que le perdant sera le premier à se rendre. Si les PJs souhaitent faire des paris, ils peuvent le faire.

Dépouillés jusqu'à la taille, les deux combattants se regardent fixement. Il y a une différence de taille d'un pied et demi entre eux. Au début, le combat va dans le sens de Theo. Il est rapide et talentueux. Très vite, Gaunt a le nez en sang, mais il reste stable. Quelques coups du grand homme sont portés et Theo s'écrase contre une table, la cassant en deux. Le combat se transforme alors en un match de lutte sans que l'un ou l'autre ne prenne l'ascendant. Cependant, la détermination et l'habileté de Theo se manifestent vraiment et après qu'ils se sont séparés, il fait pleuvoir les coups, esquivant rapidement les coups sauvages de Gaunt . Après dix minutes, Gaunt s'écrase au sol. Mack, de mauvaise humeur, paie par l'intermédiaire d'Alfredo.

Gaunt est porté à l'étage pendant qu'un Rickard gémissant nettoie les blessures de Theo. Conrad offre des boissons à tout le monde pour le reste de la soirée, ce qui réjouit un peu l'aubergiste.

Le lendemain matin

La diligence part tôt. Elle va dans la même direction que les PJ mais il n'y a pas de place à bord. Il y a de fortes chances qu'elle soit partie avant que les PJ ne se lèvent. Mack se réveille l'après-midi et les PJ seront probablement partis eux aussi.

Village brûlé
Au cours de la matinée, les PJ passent devant les restes d'un village brûlé. Certaines parties sont maintenant envahies par la végétation et ceux disposant des compétences pertinentes estimeront que cela s'est produit il y a quelques années. C'était le village de Wellheim, loyal à Kappelburg et rasé lors d'un raid particulièrement brutal.

Village d'Ertburg
Si les PJs sont à pied, ils atteindront Ertburg en fin de soirée, sinon ils peuvent continuer directement vers Kappelburg. Le village est situé près de Kappelburg, à la frontière des terres de Stratenheim. Les habitants sont au service des von Syberg et leur sont fidèles. Le village est constitué d'une trentaine de petites maisons entourées d'un profond fossé boueux rempli de pointes de bois.
A l'approche des PJs, un garde les voit et donne l'alerte. Des hommes armés sortent en courant et se rassemblent devant la porte. Le chef salue les PJ au cri de "Sous les armes de qui combattez-vous ?". Si les PJ peuvent les convaincre qu'ils n'ont aucune idée de ce dont ils parlent, ils seront autorisés à entrer. Ils seront conduits devant l'auberge, fermée depuis longtemps parce que peu de voyageurs passent par là. Les PJ sont emmenés dans la maison de l'ancien du village qui les interroge. Si leurs réponses sont acceptables, il les invite dans sa maison, sinon ils sont expulsés.

A l'intérieur, ils reçoivent un repas simple. La plupart des villageois se serrent les coudes et posent de nombreuses questions sur les événements dans le reste de l'Empire. Avec le temps, ils commencent à parler de la guerre. Leurs réponses sont biaisées contre les von Statenheims et pleines du courage des von Sybergs et de leur propre peuple. Cependant, c'est suffisant pour donner aux PJs une idée qu'une guerre de longue date se déroule localement. Ils sont tous d'humeur festive car ils ont appris que le Seigneur Stefan von Stratenheim, l'héritier du Duc Reiner de Stratenheim avait été capturé et exécuté par le Baron. La soirée se termine par les chansons folkloriques, dont beaucoup portent sur le conflit.

Fête des morts
Plus tard, le lendemain, les PJ passent une borne annonçant Kappelburg à 3 miles. La nuit tombe et un peu plus tard, la route rejoint la rivière. Au détour d'un virage, ils voient Kappelburg qui semble en feu. L'acuité visuelle ou un télescope montrera qu'il s'agit de feux allumés sur les murs de la ville. Ce soir, c'est la fête locale des morts en l'honneur de Morr. Avec la paix étant apparemment à portée de main, les gens ont pris sur eux d'en profiter pleinement.

Plus loin sur le chemin, la ville disparaît de la vue et dans l'obscurité, un spectacle étrange les accueille. Ils aperçoivent des têtes de mort blanches flottant dans l'air dans leur direction. Profitez-en pour effrayer les PJ. En se rapprochant, ils voient qu'il s'agit de personnes sur un bateau en train de faire la fête. Chacun est vêtu d'une robe noire Avec un masque de crâne blanc. Ils passent en riant et en faisant des signes. Alors qu'ils disparaissent dans l'obscurité, les PJs entendent un plouf supposant que l'un d'entre eux a du tomber à l'eau. Quelques minutes plus tard, un groupe de personnes habillées de la même façon s'approche des PJ sur la rive et leur propose du vin bon marché. Ils leur expliquent le festival s'ils le demandent.

En approchant de la ville, ils voient que les feux ont été allumés sur les murs et que la ville elle-même n'est pas en feu. À ce moment-là, ils entendent un cri provenant des arbres. Quelques secondes plus tard, un homme portant un masque et une robe en sort en titubant et s'effondre dans les bras d'un PJ. En dessous, il porte une chemise de maille et un fourreau vide. Des arbres, on entend le bruit d'un combat. Ces bruits conduiront aisément les PJ au conflit.

Dans une petite clairière, deux hommes tiennent tête à six autres personnes habillées en costume de fête. Des torches jetées sur le sol éclairent la scène. Alors qu'ils arrivent, l'un des six hommes est renversé et tué. Les deux défenseurs sont vêtus d'armures en cuir, armés d'épées et de mains gauches. Le plus petit des deux saigne de la poitrine. Les hommes en robe crient des injures à leurs adversaires et ne voient pas les PJ approcher.

Les deux hommes en cuir sont Lord Stefan von Stratenheim et son Garde du Corps Otto . Les attaquants sont des Mercenaires de la Bande des Mercenaires de Krillheim Kate. Ils ont été payés par Lady Yvette (pas directement) pour assassiner Stefan . L'un d'eux porte un bouclier de Kappelburg abîmé, qu'il avait l'intention de laisser derrière lui pour montrer que les troupes locales étaient les meurtriers. Deux d'entre eux ont un tatouage représentant une tête de mort enflammée, indiquant 'Passe de Stormham, Tuez-les tous'. Le chef porte 50 CO fraîchement frappés de Stratenheim. Cet argent était le paiement pour le meurtre.

Avec un peu de chance, les PJs aideront Lord Stefan à expédier les assassins sans trop de problèmes. Les Mercenaires s'enfuiront dès que la situation leur échappera. La capture de l'un d'entre eux ne fournira pas trop d'informations. Un vieil homme aux cheveux blancs les a engagés. Il leur a donné le bouclier pour l'abandonner près des corps. Une partie de la motivation était qu'ils savaient qu'un tel meurtre prolongerait la guerre et donc qu'ils continueraient à être payés.
Dès que la situation est sûre, Lord Stefan se présente ("Je suis Stefan et voici Otto .") Otto répond sèchement "C'est Lord Stefan ." Stefan invite les PJs à rester dans sa maison de ville à Kappelburg. S'ils ont entendu l'histoire de sa mort à Ertburg, ils peuvent être confus. Il promet de répondre à leurs questions plus tard, mais demande aux PJ de parler d'eux-mêmes.

Kappelburg

Juste avant les portes de la ville, ils passent devant les campements armés de deux groupes de Mercenaires . Krillheim Kate et Mad Miguel les dirigent. A l'intérieur, les Mercenaires boivent et jouent aux cartes, bien que, comme il y en a beaucoup dans la ville, les deux camps soient un peu vides. Otto murmure à l'un des PJs "Ils n'aiment pas les étrangers là-dedans. Ce sont des racailles." Un mercenaire urinant sur le bord de la route salue froidement de la tête.

En entrant dans la ville, le festival bat son plein. Tout est couvert de décorations, la plupart incorporant des crânes ou le symbolisme de Morr. Les rues sont bondées de buveurs et de danseurs, une véritable fête est en cours. De nombreuses troupes armées sont disséminées un peu partout, mais elles semblent détendues et certaines participent même à la fête. Comme les PJs font leur chemin dans les rues, ils seront invités à se joindre à eux. Stefan emmène les PJs restants à la maison de ville, située près du Donjon, qui lui a été donnée pour son séjour.

Ici ils sont accueillis par des domestiques qui s'occupent immédiatement d'Otto et préparent le dîner. Sans être vu par les PJ, le marmiton est envoyé au Donjon pour informer le Baron de ce qui s'est passé. La table est dressée avec un bon repas de charcuterie, de légumes et de pain. Il sera ici répondu à toutes les questions que les PJ pourraient avoir.

Vers minuit, le baron Wilhelm von Syberg arrive en carrosse. Son entrée dans la maison est précédée par un groupe de gardes armés. Il salue chaleureusement Stefan et remercie Sigmar qu'il soit indemne. Stefan se tourne vers les PJs, "Baron, ce sont les voyageurs qui m'ont sauvé la vie." Le Baron serre la main de chacun d'entre eux et les remercie pour leur grand service, leur souhaitant la bienvenue à Kappelburg. Le Baron est visiblement fatigué et malade et fait son départ, "Nous parlerons demain Stefan et j'entendrai l'histoire complète des événements de ce soir. Un message de votre père est arrivé ce soir, confirmant son retour dans deux jours. Il y aura beaucoup à célébrer alors. Amenez vos amis [les PJs] à la fête demain." Il quitte la pièce, ses hommes suivant derrière. Stefan savait déjà l'arrivée de son père et sait que le Baron l'informait par politesse. La fête est organisée pour célébrer l'anniversaire de Stefan et il est heureux qu'ils aient été invités.

Le matin suivant
Les PJs se réveilleront au son d'une activité frénétique au rez-de-chaussée. Un confiseur et sa demi-douzaine d'assistants sont arrivés pour préparer Stefan à sa fête d'anniversaire. Après le petit-déjeuner, il insiste pour que les PJ soient également préparés. Ils devront prendre leurs mesures et choisir le tissu. On leur rappellera également qu'ils ne peuvent porter qu'une épée ou une dague, sauf s'ils sont membres d'un ordre chevaleresque reconnu, auquel cas ils peuvent porter une armure. Les vêtements qu'ils auront confectionnés seront de qualité x5.

Après cela, ils ont quelques heures pour se promener dans la ville. Au moment de partir, Stefan commence nerveusement à leur demander une faveur, mais il hésite. Avec un peu d'incitation, il continue. Il leur demande s'ils peuvent trouver une femme nommée Liz Solherd qui, selon lui, vit en ville. Grande, brune, belle avec une tache de naissance sur son cou est la description qu'il fait d'elle. Elle était hier sur la place du marché où il l'a vue faire des courses. Il explique qu'elle est une vieille amie et qu'il aimerait que les PJs organisent une rencontre pour aujourd'hui ou demain.

Rumeurs
Dans les rues, diverses rumeurs circulent ;
1. Le Seigneur Stefan a été assassiné dans la nuit par un groupe d'aventuriers.
2. Lord Stefan a survécu à une attaque des Soldats de son père. Il semble qu'il soit ici, sans la permission du Duc.
3. Lady Yvette va bientôt se marier avec un Comte du Haut Reik.
4. On vend des vaches à moitié prix au marché.
5. Le challenger du Poing (le héros local) n'est qu'un gamin. Il a été payé pour se coucher lors du grand combat de ce soir.
6. Un tanneur est tombé des remparts de l'est la nuit dernière. Il était ivre comme un aristocrate.

Place du marché
La place du marché est pleine de gens qui se pressent autour des différents étals. Il y a une grande variété de marchandises en vente ici, toutes à des prix supérieurs à la normale. Au centre de la place du marché, trois hommes construisent un ring pour le combat de ce soir. N'importe quel habitant du marché informera les PJ que le grand combat a lieu ce soir. Le héros local "le Poing" va affronter un célèbre combattant venu de l'extérieur de la ville.

"Vous voulez dire Lizzie Sorbas" est la réponse que les PJs obtiennent s'ils répètent la description que Stefan leur a donnée. Le nom de Solherd ne signifie rien pour personne. Les PJs seront dirigés vers sa maison ou vers le ring de combat. C'est parce que son mari est le combattant connu sous le nom de Poing. S'ils vont sur le ring, ils seront dirigés vers la maison.

Lizzie
De la rue, ils peuvent entendre le bruit des enfants qui jouent. La maison est petite et délabrée, une colombe autrefois peinte sur la porte est très effacée. Liz, une jeune femme à l'air fatigué, répond à la porte avec deux enfants qui courent autour d'elle. Elle invite prudemment les PJs à entrer. Ses yeux s'illuminent à la mention du nom de Stefan mais elle refuse de le voir. Aucun argument des PJs ne la fera changer d'avis.

Liz a voyagé à Nuln depuis Kappelburg quand elle était adolescente. C'était en partie à cause de la mort de son frère dans les combats. Elle espérait y trouver un bon travail. Au lieu de cela, elle a fini par devenir la pauvre domestique d'un marchand abusif. Cependant, une rencontre fortuite avec Stefan les a fait tomber amoureux. Leur bonheur a duré jusqu'à ce que Stefan décide de rentrer chez lui. Ce n'est que lorsqu'il est parti que Liz découvre qu'elle est enceinte. Choquée, elle décide d'accoucher à Nuln. Cependant, après la naissance, son employeur l'a mise à la porte. Sans abri et sans le sou, elle rentre chez elle. Elle y épouse son ami d'enfance Karl (alias le Poing). Avec le temps, ils ont eu un autre enfant et ils étaient heureux. Elle n'a jamais dit à Karl qui était le père.

Les choses ne se sont pas si bien passées récemment. Karl, lorsqu'il ne se bat pas, passe son temps à faire des petits boulots où et quand il peut. Récemment, cependant, ces emplois ont été rares et il s'est endetté auprès de Colmein Heinz, un criminel local. L'argent qu'il a emprunté devait servir à payer la nourriture de la famille. Il doit 45CO à Heinz mais la date de remboursement a un mois de retard. Cependant, Heinz ne veut plus de l'argent de Karl. Il veut plutôt qu'il organise le prochain combat. Mais Karl est un homme d'honneur et ne le fera pas. Pour aggraver les choses, il avait les moyens de payer. Il avait investi dans une entreprise marchande qui lui aurait rapporté 120 Co. Mais il a été volé lors d'un cambriolage. Il n'est pas trop surprenant de dire que c'est Heinz qui a envoyé le cambrioleur.

Ainsi, Liz est inquiète pour la sécurité de son mari. Elle craint que s'il gagne le combat, Heinz ne le tue. Alors que les PJs s'en vont, elle décide de leur demander de l'aide. Elle explique brièvement le problème et dit qu'elle rencontrera Stefan s'ils veulent bien l'aider. Si les PJs acceptent la demande, elle dira qu'il s'entraîne près de la rivière.

Mesurant bien plus de six pieds et superbement construit, Karl a l'air d'un combattant. Bien qu'habile, il n'a jamais eu de réel succès. Cela est dû à un mélange de manque d'instinct de tueur et de refus de quitter Kappelburg. Il a un sens de l'honneur et ne veut pas aller à l'encontre de celui-ci. Il refuse de s'engager dans des combats à mort, mais c'est par souci sincère pour son adversaire. Il a adopté cette position depuis qu'il a tué un homme dans sa jeunesse. Entièrement dévoué à sa famille, il est populaire localement.

Les PJ peuvent choisir d'aider Karl de plusieurs façons. Il en sera heureux mais refusera de perdre volontairement. Ils devront donc y réfléchir un peu plus. Le fait que sa famille sera en danger n'est pas quelque chose qu'il a envisagé et cela le contrariera beaucoup. Sa réponse est de demander aux PJ de les protéger et s'ils refusent, il demandera à des amis. Le convaincre de fuir le combat ne fonctionnera pas non plus.

M. Big
Aller voir Colmein Heinz est une piste probable. Karl sait qu'il peut être trouvé dans l'auberge "Les doigts sur la balance", située dans le quartier pauvre près de la porte Est. Les locaux fixeront les PJ d'une manière décidément peu amicale (comme un objet pointu et tranchant, peu amical), le barman refusant de les recevoir. Demander à voir Heinz ne les mènera nulle part et ils devront concocter une bonne histoire pour qu'on les laisse entrer. Quelque chose qui aurait à voir avec l'argent est probablement le meilleur pari. Si Karl est avec eux, ils seront automatiquement admis.

Pour entrer dans l'arrière-boutique, il faut déposer ses armes et se soumettre à une fouille. Heinz est gardé par un groupe de cinq voyous armés, mais la foule de l'auberge ne tarderait pas à les rejoindre. Colmein Heinz est le Racketteur local ; il gagne de l'argent grâce à l'extorsion, au prêt d'argent et au marché noir. C'est un enfant de Kappelburg, il a le respect des citoyens les plus pauvres, et rares sont ceux qui s'opposent à lui. La peur joue un rôle dans tout cela. Stumps' Struberg, un mendiant local et seul membre survivant d'un groupe rival, peut régulièrement être trouvé en train de prévenir les gens de ne pas s'opposer à Heinz. Pour compliquer les choses, Heinz se considère comme le manager de Karl. C'est lui qui a organisé ce dernier combat.

Heinz se méfie énormément des raisons qui poussent les PJ à l'approcher, furieux que Karl leur ait dit que le combat était arrangé. Il refuse de prendre l'argent que Karl lui doit, disant que le temps de payer est passé depuis longtemps. En fait, il affirme qu'il est généreux en permettant au combattant de payer la somme de manière si facile. Heinz veut simplement que Karl perde le combat après avoir donné une bonne image de lui-même. Si les PJ peuvent convaincre Karl de le faire, "tant mieux pour lui" dit-il. En partant, il les prévient que si le bruit court que le combat est arrangé, ils "feraient bien de se souvenir que vous dormez parmi des étrangers".

Retrouver le cambrioleur est également une option. Un personnage avec Jargon des Voleurs, de l'argent et du courage peut obtenir des résultats. Un cambrioleur local nommé Atea Leav a été payé pour voler le certificat de propriété et le remettre à Heinz. Heinz a ensuite envoyé un autre homme dans la ville la plus proche pour se faire passer pour Karl et récupérer la mise.

Le Grand Combat
Le combat doit avoir lieu sur la place du marché juste après 8h. Les personnages qui voudront se rendre à la fête du Baron ne pourront donc pas y assister. Une grande foule s'est assemblée, s'entassant tout autour du ring. Beaucoup ont apporté des chaises ou des seaux pour essayer d'avoir un meilleur aperçu. A travers la foule, les paris organisés par Heinz ont bon train (essentiellement sur la vitesse avec laquelle le Poing remportera le combat). Karl est le grand favori et ceux qui parient sur l'étranger sont mal vus de la foule de partisans. Heinz ainsi que d'autres dignités locales observent depuis les fenêtres de maisons donnant sur le square.

Karl arrive sous une tonne d'applaudissements et Théo sous les huées. Le crieur public annonce la paire et les règles à la foule 'le premier qui abandonne a perdu'. Les deux adversaires se déshabillent et se ruent l'un sur l'autre. Ils n'utilisent pas d'armes, mais le combat est vicieux. Toutes les cinq minutes, une pause est demandée et les paris reprennent. Le match vire au bain de sang et sans l'intervention des PJ, durera près d'une demi-heure. A la fin de celui-ci, un Karl grièvement abimé soulève un Theo inconscient et le projette vers la foule.

La meilleure option des PJ pour influencer le combat est d'affaiblir Karl. Ils doivent cependant se rappeler que Heinz désire un bon combat. Les joueurs pourront penser à diverses façon d'y parvenir, mais le poison est sans doute la plus probable. Quelques goutes lentement versées dans sa boisson auront raison de lui (le groupe test en est arrivé à cette conclusion et c'était très amusant de décrire le va et vient du combat. Parfois le poison semblait le ralentir, parfois non. Une panique mineure s'est installé quand il a demandé à boire de l'alcool à la place. Les désaccord du corner se sont soldé avec Karl luttant contre un PJ le mettant ko).

Si Karl est victorieux, il aura les deux rotules cassées dans un avenir proche et sera toujours redevable à Heinz. De plus, Liz ne sera pas très contente des PJs. S'ils parviennent à faire perdre Karl et, espérons-le, à l'aider à rentrer chez lui, Liz leur en sera très reconnaissante. Cependant, elle refuse de voir Stefan , rien de ce que diront les PJs ne la fera changer d'avis.

Tatouage militaire
L'autre distraction sur laquelle les PJs pourraient enquêter est l'identité des agresseurs de Stefan . La seule vraie piste qu'ils ont est le tatouage. Ils sont susceptibles de le deviner de toute façon mais en demandant aux militaires locaux, les PJs sont dirigés vers les camps des Mercenaires . Le passage de Stormham est une bataille qui a eu lieu dans les Principautés Frontalières. Diverses unités se sont défendues contre des forces orques largement supérieures. Beaucoup d'entre eux étaient tatoués. Cependant, ce n'est pas une histoire très connue. Beaucoup des survivants ont rejoint Krillheim Kate un an plus tard. Une vingtaine de ses hommes les plus expérimentés portent le tatouage.

Les camps sont sales, malodorants et peu accueillants. Des gardes surveillent les PJ et interviennent s'ils commencent à entrer dans les tentes. Une pluie fine a obligé tout le monde à porter des manteaux imperméables qui cachent les tatouages. Les PJ devront être capables de parler la langue des batailles juste pour dire bonjour. Sinon, ils se feront grogner dessus ou seront tout simplement ignorés. Des cadeaux à base d'alcool adouciront un peu les attitudes. Cependant, les Mercenaires se méfieront des questions et les PJ devront être subtils. D'un autre côté, le fait de provoquer un combat ou de réussir à se faufiler peut les amener à faire face à Krillheim Kate.

Kate
La rencontre avec le Capitaine Mercenaire Krillheim Kate peut avoir lieu au camp ou à la soirée. Kate n'a aucun lien avec l'attaque de Stefan mais admettra que les hommes étaient les siens s'ils sont décrits. Sa réponse à toute accusation est qu'ils sont libres de faire ce qu'ils veulent quand ils n'ont pas d'ordres. L'accusation selon laquelle elle voulait la mort de Stefan car elle profiterait de la poursuite de la guerre est accueillie par un rire. Elle répond simplement "Pourquoi aurais-je besoin de faire ça ? Il y a plus qu'assez de guerres pour me payer". A quarante et un an, Kate s'est fait un nom en tant que chef d'un groupe de Mercenaires bien connu. Elle a formé son propre groupe après s'être fait connaître pour avoir mené une célèbre victoire sur le petit village de Krillheim. Capitalisant sur cette victoire, elle s'est mise à recruter des troupes de qualité, en partie en prenant des survivants du col de Stormham. Commandant facile à vivre, ses troupes lui sont fidèles, bien qu'elle soit prompte à punir la désobéissance. Elle se sent un peu vieille maintenant mais ne sait pas vraiment quoi faire d'autre. Elle est facile à approcher mais ne donne rien et est douée pour recueillir des informations. Adoratrice de Myrmidia, elle invoque souvent le nom de la déesse. Profondément bronzée, ses cheveux clairs sont tirés en arrière en une queue de cheval. Elle est petite et mince, et ne sort que rarement de son armure. Elle porte une lame empoisonnée cachée en cas d'urgence.

La fête

Stefan part pour la fête à huit heures. Si les PJs ne sont pas avec lui, il demandera à Otto de les attendre une heure. Ils devront se baigner, se raser et mettre leurs nouveaux vêtements avant que Stefan ne les autorise à le rejoindre. Ils doivent marcher la courte distance jusqu'au donjon, à la grande inquiétude d'Otto . Sur le chemin du donjon, les gens le regardent et certains jurent, tandis que d'autres crient "Sigmar te bénit" et autres. Comme ils approchent de la porte, une femme d'âge moyen habillée en noir crache sur Stefan et le traite de meurtrier et de violeur. Elle râle et râle sur lui tandis qu'il l'ignore. Si Otto n'est pas là, les PJs devront la faire reculer. Le mari et les deux fils de la femme ont tous deux été tués dans le conflit.

La fête, organisée en l'honneur de l'anniversaire de Stefan , est très animée. Beaucoup de membres de la hiérarchie de la ville sont là, avec peut-être un peu trop du 'commun des mortels'. Cependant, le Baron était impatient de faire de la figuration. Il a sorti le grand jeu pour rendre l'événement mémorable. Malgré cela, l'atmosphère est toujours un peu tendue. Sur fond de deux harpistes, la salle se remplit lentement de fêtards. Des gardes se tiennent aux murs, des tables sont disposées au milieu. Lorsque "Lord Stefan von Stratenheim et son groupe" sont annoncés, la salle se retourne pour regarder. Le Duc s'approche immédiatement et embrasse Stefan , le guidant à l'écart. Les PJs sont laissés à leur propre sort. Les personnages avec étiquette se sentiront à la maison, les autres se sentant comme une roue de secours sur un cheval.

Peu de temps après l'arrivée, le dîner est servi. Les PJs ainsi que la majorité des gens s'assoient aux tables dans le hall, tandis que le Baron, Stefan et les autres personnes de haut rang se dirigent vers une pièce adjacente. De nombreux domestiques servent un généreux festin arrosé de bière et de vin. Pendant ce temps, ils sont divertis par des musiciens. La plupart des discussions sont des spéculations sur les événements récents. Ensuite, le Baron et son groupe reviennent et il y a de la danse et du divertissement.

Au cours de la soirée, les PJ auront l'occasion de parler à certains des principaux acteurs des événements. Dame Yvette est la première à s'approcher d'eux, escortée par deux gardes du corps (dont Rudolf Bratsch . Voir Les partisans d'Yvette .). Après avoir posé des questions personnelles, elle passe à l'attaque contre Stefan . Elle demande également si les PJs vont se battre du côté de Kappelburg si la paix ne dure pas. Ses questions donnent l'impression aux PJ qu'elle cherche à obtenir quelque chose d'eux. Si les PJ posent des questions relatives à la guerre, elle en rendra Stratenheim responsable. Bien sûr, si on lui demande, elle dira qu'elle souhaite la paix.

Plus tard, le Duc Ulrich s'approche des PJ, avec l'air de ne pas vouloir les malmener. "Pourquoi au nom de Sigmar avez-vous sauvé le garçon [Stefan ]. Il aurait mieux valu qu'il y passe." Il va infliger un barrage de questions aux PJs, soulignant son intolérance à la paix et sa mauvaise humeur générale. C'est comme être piégé dans un coin par un oncle particulièrement fou lors d'une fête. Parmi ses questions et commentaires, il devrait y avoir : "Êtes-vous des espions ? Si vous l'êtes, je vous pendrai à l'arbre le plus proche.", "La guerre ne sera pas gagnée tant que nous n'aurons pas tué chaque homme, femme et enfant de Stratenheim. Notez mes mots." & "Le problème de Stefan ! Je vous le dis gratuitement. Ne jamais faire confiance à quelqu'un qui préfère les mots au combat."

S'ils n'ont pas rencontré Kate, ils la rencontrent maintenant. Elle est habillée d'une belle armure de cuir et semble aussi mal à l'aise que les PJs. (cf. Krillheim Kate) Stefan fini par trouver son chemin vers eux après qu'Ulrich a disparu. C'est presque la fin de la nuit et dit qu'il a besoin d'air et les invite dans le jardin. Là il demande ce qu'ils pensent des diverses personnes qu'ils ont rencontrées. De l'autre côté du jardin ils voient le Baron approcher. Avant son arrivée un messager annonce à Stefan qu'il a un visiteur. La femme refuse de quitter la porte, disant qu'elle est une amie. La description de la femme correspond à celle de Liz. Stefan a l'air déchiré mais décide d'attendre le Baron. Au lieu de cela, il demande à un PJ d'aller à sa place et de lui demander d'attendre. Le Baron demande aux PJs s'ils s'amusent et avec Stefan , les guide vers une partie isolée du jardin. Là se dresse la statue d'une belle jeune femme. ''C'est ma femme, Hilde. Il y a 15 ans, elle a été tuée dans une embuscade à Stratenheim. Je crois que votre père l'a menée. Je détestais votre famille pour sa mort. Je suppose que c'est toujours le cas. C'est peut-être mon âge, mais je vois bien que c'est inutile. Si je n'avais pas attaqué le moulin du croisement de Koen, il n'aurait pas mené ses hommes à Irnheim pour la trouver. Peut-être, peut-être. Seuls les dieux le savent et ils ont choisi de ne pas me le dire. Espérons que cela pourra prendre fin." Il reste là en silence, puis s'excuse et excuse Stefan . Les deux hommes se dirigent vers sa chambre pour discuter de la visite du Duc Reiner .

La visite de Liz
Liz, visiblement nerveuse, attend au poste de garde. Elle semble soulagée de voir le PJ. Elle dit qu'elle ne peut pas parler longtemps et que Steffi doit la rencontrer aux Deux Chiens à minuit. Elle dit que c'est de la plus haute importance et qu'il doit apporter de l'or. Après avoir apporté le message elle rentre chez elle. Elle a été contrainte de le faire sous la menace, dont les raisons seront bientôt claires. Deux Chiens est le nom d'un vieil arbre près de la porte nord, un point de repère que n'importe quel local pourra indiquer.

Un peu plus tard, Stefan sort et demande aux PJs ce que Liz a dit. Il semble heureux et a manifestement l'intention de la rencontrer. Si les PJ insistent pour l'escorter (comme le fera Otto ), il refusera. S'ils persistent, il accepte de les retrouver à minuit moins le quart devant l'hôtel particulier.

L'espion
Pendant ce temps, l'un des PJ est invité à une deuxième soirée. Approché par Natalie, une jeune et jolie demoiselle d'honneur, elle l'admire pour sa bravoure d'avoir sauvé Lord Stefan . Quelques-uns des plus jeunes "meilleurs" domestiques (ceux qui servent directement les von Sybergs) organisent une réunion. Elle espère que le PJ viendra seul mais acceptera que les autres PJ l'accompagnent.

Natalie joue bien le rôle d'une jeune fille innocente. En fait, elle a reçu l'ordre de sa maîtresse, Lady Yvette , de se lier d'amitié avec l'un des PJ et de l'espionner. Si le PJ tombe sous le charme, elle peut apparaître dans la suite du scénario, en prétendant être leurs yeux et leurs oreilles dans le palais. Ainsi, Yvette peut apprendre leurs plans et leurs découvertes. D'un autre côté, les PJ peuvent deviner son rôle et ainsi l'utiliser pour alimenter la désinformation.

C'est ici qu'ils entendent les premières rumeurs selon lesquelles le Duc a été assassiné. D'abord, les domestiques commencent à le chuchoter, puis les gardes sont réveillés et bientôt tout le palais est animé. Personne n'est autorisé à sortir. Les horloges du palais sonnent minuit. S'ils ne se cachent pas, les gardes qui recherchent le(s) meurtrier(s) interrogeront le(s) PJ.

Meurtre de nuit

Des Mercenaires à la solde du marchand Heiner Mack ont assassiné le Baron Reiner. A leur tour, ils avaient été payés et instruits par Dame Yvette . Les trois hommes étaient dirigés par Hans Dirtee, le commandant en second de Krillheim Kate pour un prix qui ne se refuse pas de 100 Co (Mack en a gardé 50 pour lui). Ils sont entrés dans la ville avec deux hommes et ont logé à l'auberge de la Pièce et la Balance. Là, le clerc de Mack, qui a transmis leurs instructions, les a rencontrés et leur a donné la dague de Lord Stefan couverte de poison. Il leur a dit d'aller à la porte ouest du donjon, où ils ont été rencontrés par Alfred Koltzack (le domestique d'Yvette ) qui leur a donné des uniformes de garde et les a menés au couloir contenant la chambre du Baron.

Deux soldats de Kappelburg gardaient la chambre, dont l'un est à la solde d'Yvette . Lorsque les trois hommes s'approchèrent, il tua son camarade et est lui-même assommé à coups de matraque.

Le trio se faufile alors dans la chambre du Baron. À leur grande surprise, celui-ci les attendait, tuant un homme et blessant un second en lui coupant l'oreille. Il a ensuite été frappé au côté, puis Dirtee l'a poignardé dans la main avec la dague. Dirtee a ensuite retiré la bague du baron. Un domestique est alors entré dans la pièce et a crié avant d'être tué. Dans leur précipitation, ils ont oublié de vérifier que le deuxième garde était mort. Les deux survivants, portant le troisième, ont pris la fuite alors que le garde était réveillé. Ils se dirigèrent vers une chambre à coucher dans laquelle étaient entreposés des déguisements. En chemin, un jeune écuyer les a vus. Ils retournèrent à leur auberge, prêts à quitter la ville le matin et à se rendre à l'auberge des Trois Potences.

Stefan arrêté
Alors que la panique s'empare du donjon, un Stefan encapuchonné se dirige vers les Deux Chiens pour rencontrer Liz. Alors qu'il approche de la porte, il est arrêté pour meurtre par les gardes de la ville qui ont reçu l'ordre d'arrêter toute personne essayant de quitter la ville. Il se rend et est emmené dans les geôles du donjon. Si les PJ parviennent à le prévenir ou à le secourir, il se rendra quand même, insistant sur le fait que s'enfuir ne fera que prouver sa culpabilité à ses accusateurs.

En l'absence de Lord Ernst, Ulrich prend les commandes. Apprenant la "fuite" de Stefan , il ne lui faut pas beaucoup de temps pour supposer sa culpabilité. Cependant, l'après-midi suivant, sur les conseils d'Yvette , il est transféré dans la maison de ville. Officiellement, c'est jusqu'à ce que sa culpabilité soit prouvée. Cependant, Yvette espère que cela fera à nouveau bouillir le sang du peuple, peut-être même jusqu'à le lyncher. Cela ne va pas si loin, mais les gens descendent dans les rues en réclamant son sang et la reprise de la guerre. Ulrich commence ses investigations et arrive à la conclusion que Stefan est coupable et sera pendu demain quand son père arrivera.

Lizzie encore
Liz et sa famille se sont cachés, avec l'intention de quitter la ville dès qu'elle sera sûre. Sa voisine d'à côté est la seule à avoir vu quelque chose. Elle a regardé dehors tard la nuit dernière et a vu une voiture devant la maison. Elle venait du Donjon et le cocher encapuchonné a frappé à la porte. Lizzie est entrée dans la voiture et elle est restée assise pendant dix minutes. Puis il est reparti.
Le carrosse contenait Yvette qui était venue pour piéger Stefan pour le meurtre. Elle avait appris la relation de Liz avec Stefan et devinait que son fils était peut-être celui de Stefan . Convoquant Liz dans le carrosse, elle menace de la dénoncer et de faire arrêter sa famille comme traîtres. Tout ce qu'elle avait à faire était de délivrer le message.

PJs demandés
A un certain moment de la matinée, quand les PJs peuvent être retrouvés, un vieil homme les approche. C'est un sergent de la garde du Baron et on lui a demandé d'amener les PJ au Donjon. Il ne dira pas qui a demandé leur présence. Ils sont emmenés dans le donjon pour voir Stefan . Il est incarcéré dans une petite cellule sombre et humide. A l'extérieur, assis dans l'ombre contre le mur se trouve un jeune homme, qui semble trop bien habillé pour être un garde. Stefan , qui semble heureux de voir les PJs, dit "Merci d'être venu. J'espère que vous croyez que je suis innocent de ce crime. Ceux qui souhaitent que cette guerre continue ont fait cela." Si on lui demande qui il pense être responsable, il hésite. L'autre homme s'avance alors et se présente comme le seigneur Mathieu , neveu du défunt baron et fils du duc Ulrich . Mathieu soupçonne son père de l'être mais espère qu'on lui prouvera le contraire. Lui et Stefan ont accepté de demander aux PJs d'enquêter sur cette affaire. En partie, parce qu'ils peuvent nier qu'ils le font.
"Nous voulons que vous enquêtiez sur le meurtre de mon oncle. Trouvez les coupables de cet acte lâche. Venez avec moi dans sa chambre car vous pourrez peut-être faire la lumière sur cette affaire. Vous avez ma permission de parler aux gardes et aux domestiques du palais. Cependant, vous ne pouvez pas parler à ma famille. Si vous avez besoin de me parler, vous devez contacter Salder, mon domestique." Mathieu les conduit le long de nombreux couloirs et escaliers jusqu'à ce qu'ils atteignent le couloir du Baron. La chambre est gardée par quatre gardes. Mathieu demande aux PJ d'attendre dans une alcôve puis il s'avance et ordonne aux gardes de s'éloigner un instant. Il leur fait ensuite signe d'avancer.

Sur la piste

La pièce est en désordre, du sang autour de la porte et à l'intérieur. Les corps ont tous été enlevés. Mathieu décrit ce qui a été trouvé après que l'alarme a été donnée. "Les deux gardes ont été retrouvés à l'extérieur, l'un est mort l'autre en convalescence. Son épée était ensanglantée, une escarmouche a dû avoir lieu à l'extérieur. Un domestique a été tué dans l'embrasure de la porte. Il semble qu'il soit tombé sur eux pendant leur sombre action. Mon oncle a été trouvé ici au pied du lit, son épée couverte de sang. Je crois qu'il aurait donné un bon compte rendu de lui-même. Il y avait aussi du sang dans le couloir adjacent. La dague de Lord Stefan a été trouvée poignardée dans la main de mon oncle, couverte de traces de poison, de l'humanicide m'a-t-on dit. La seule chose qui a été prise était sa bague. Cette bague doit être transmise de Baron à Baron, et devrait maintenant appartenir à mon cousin. Trouvez la bague et le meurtrier et vous serez bien récompensé. Je peux vous donner une demi-heure dans cette zone, avant de devoir aller demander aux gardes de revenir." Il s'avance dans le couloir, s'assied sur un banc et s'enfonce avec lassitude la tête dans les mains.

L'anneau est fait d'or massif gravé avec les armoiries des von Syberg. Il a été coulé à partir de l'or donné par Magnus le Pieux et est portée par le baron de Kappelburg. Il est également utilisé comme sceau.
Les personnages avec Pistage pourront trouver quatre séries d'empreintes de pas. La pièce ne contient qu'un seul autre indice, à savoir l'oreille coupée. Couchée sous le lit, elle a trois boucles d'oreilles attachées. Elles sont toutes en or fin (5CO chacune) et portent toutes des marques de bijoutier (à rechercher). Une enquête révélera que l'un d'entre eux se trouve à Kappelburg.

Dans le couloir, la traînée de sang s'étend sur un court moment, menant à un couloir adjacent mais ne menant à rien de précis. En face de ce couloir, contre un mur, un sac est tombé. Il est en velours et porte les armoiries des von Syberg brodées dessus. A l'intérieur se trouvent des cirages et des chiffons, du genre de ceux utilisés pour entretenir les armures. Mathieu confirmera que les écuyers ou les domestiques les utilisent.

Une fois qu'ils auront terminé leurs investigations, Mathieu les conduira hors du couloir. Il leur dira au revoir, leur souhaitant bonne chance et leur demandant de prouver l'identité du meurtrier.
Les PJs ont un certain nombre de pistes d'investigation possibles. Il est probable qu'ils en suivent plusieurs. Toutes mènent à Heiner Mack , puis au palais.

Enquêtes au château
Les domestiques personnels du Baron en savent peu. Ils sont tous bouleversés par la mort du Baron et de leur compagnon domestique. Aucun d'entre eux n'a quelque chose à offrir. Le Baron les a renvoyés pour la nuit avant la fête. Il n'a gardé que Karlton, le plus ancien d'entre eux. Il lui apportait un repas quand il a été tué. Aucun d'eux n'a perdu de sac, ce qui leur suggère d'essayer les Ecuyers.
À la guérite, le registre de la nuit dernière a été égaré. Les gardes se souviennent que des hommes sont arrivés et ont dit qu'ils étaient ici pour rendre visite au sergent Sander. Les trois hommes avaient des laissez-passer et avaient été inscrits dans le registre. Il nie les avoir jamais vus auparavant. Les portes ont été fermées et gardées dès que l'alarme a été donnée et personne n'a été autorisé à sortir.

Parmi le personnel et les gardes, il règne une confusion générale sur ce qui s'est passé la nuit dernière. Chacun a une version légèrement différente des événements et une collection différente de rumeurs. La plupart croient que Lord Stefan était responsable du meurtre.

L'Ecuyer
Andreas, un Ecuyer de 10 ans d'Ostland a laissé tomber le sac. Il sera trouvé dans les écuries et a oublié qu'il avait perdu son sac. Reconnaissant pour sa restitution, il est heureux de parler aux PJs. Le sac a été déposé alors qu'il allait polir l'armure du Duc Ulrich . Il a vu deux gardes portant un troisième entre eux et entrer dans une des chambres d'hôtes, mais n'a pas réfléchi à la raison. Il n'a pas pu dire si l'un d'entre eux n'avait qu'une oreille et n'a pas pu bien les regarder. Tout ce dont il se souvient, c'est que les deux hommes étaient barbus et grands. Pensant qu'il y avait eu une bagarre, il a couru chercher de l'aide.
La chambre est une petite chambre d'amis ordinaire, qui ne contient guère plus qu'un lit. Au bout de ce lit se trouve un grand coffre en bois avec des bandes de fer, utilisé pour l'équipement des invités. A l'intérieur se trouve le corps d'un homme en uniforme de garde du palais. Il a été poignardé au visage, du sang figé recouvrant sa poitrine. Deux tuniques de garde ont été jetées sur lui, tandis qu'il en porte une troisième. Au bas de sa poitrine se trouve une robe sombre de bonne qualité, comme celle que porterait un commerçant ou un scribe de haut rang. La fin de ce couloir mène aux créneaux où ceux qui regardent autour d'eux trouveront une corde et un grappin cachés dans un baril d'eau. Cela implique bien sûr que quelqu'un à l'intérieur les a aidés à s'échapper. Personne dans le donjon ne reconnaît le corps, bien que le visage soit abîmé.

Après avoir assassiné le baron, les hommes se sont retirés dans cette pièce. Ils y ont enlevé leurs tuniques de garde et mis les robes. Ils ont ensuite mis leur camarade mort à l'intérieur et se sont dirigés vers les créneaux, s'échappant par une corde. Dans la rue, personne n'aurait défié trois "hommes respectables". L'homme d'Yvette , le domestique Alfred Koltzack , est venu plus tard et l'a enlevé.

La dague
Stefan dit qu'il a perdu son poignard, gravé avec son blason pendant le dîner la nuit de son arrivée. Une vingtaine de personnalités locales étaient présentes, y compris le Baron et sa famille.

Le corps
Dans les profondeurs du donjon se trouve la chapelle privée des von Syberg. A côté, se trouve le tombeau familial. Le Baron est allongé sur une dalle. Le corps est gardé et il n'y a aucun moyen pour les PJ d'y accéder. Le Clerc local de Morr, Erik Meir, un petit homme constamment en mouvement, prépare le corps pour les funérailles à venir. Cependant, il sera heureux de parler et de leur montrer les corps du garde et du domestique. Klaus, le garde, a été poignardé dans la colonne vertébrale et est mort rapidement. Il n'a même pas sorti son épée, Erik sera d'accord pour conclure qu'il a été poignardé dans le dos. Le domestique d'autre part a été tué de façon désordonnée par un coup de couteau dans l'estomac. Le poison trouvé sur la dague de Lord Stefan était un humanicide, mais c'est la perte de sang qui a tué le Baron. Avec le cancer qui le rongeait de l'intérieur il n'en a pas fallu beaucoup plus pour l'achever.

Le Survivant
Armin Lommel, le garde survivant, se rétablit dans une chambre d'amis. Bien qu'il soit assisté par des infirmières et des domestiques, les PJs pourront le voir facilement. Le côté droit de son visage est lourdement meurtri et ses cheveux ont été rasés pour permettre de suturer sa blessure. Il a un plateau de nourriture et de vin devant lui. Il est nerveux en parlant aux PJs, transpire et bégaie. Pour couvrir cela, il leur offre un verre de vin. En fait, le vin a été empoisonné et pendant le repas, Armin commence à s'étouffer. Ses spasmes douloureux ne durent que peu de temps et il est bientôt mort.
Cependant, avant que cela ne se produise, il donne sa version des faits : "Nous étions de garde comme d'habitude, nous attendant à ce que rien ne se passe quand Lord Stefan s'est approché. Il a demandé s'il pouvait voir le Baron. Le Baron a dit qu'il pourrait le faire, alors Klaus s'est retourné et a frappé à la porte et ce bâtard de Stratenheim l'a poignardé dans le dos. Je l'ai frappé mais c'est la dernière chose dont je me souvienne."
Le vin est très cher et contient de la belladone. Aucun des Domestiques ne se souvient qu'il ait été apporté dans la salle. En fait, c'est Alfred Koltzack qui l'a apporté, ce qui n'a pas été considéré comme inhabituel. Tout personnage qui en boit doit faire un test d'Endurance ou souffrir de douleurs thoraciques pendant un jour (-10 à toutes les caractéristiques exprimées en pourcentages). Comme les joueurs le devineront sans doute, Armin a été tué pour garantir son silence. Par conséquent, enquêter sur lui est probablement une voie à suivre pour eux.

Ses amis et sa famille
Lady Yvette a forcé Armin à trahir le Duc. Au cours d'une campagne de raid à Krolter, une région sous le contrôle de Stratenheim, ils sont tombés dans une embuscade tendue par des locaux. Bien qu'il ait combattu avec courage auparavant et depuis, cette fois, il a paniqué et s'est enfui. Cet acte est passé inaperçu pour tous, sauf pour Yvette . A leur retour, elle le récompense publiquement pour sa bravoure. En privé, elle promet de garder le silence tant qu'il se souviendrait de cette faveur. Il y a deux jours, une contrepartie a été demandée.
Né et élevé dans un village près de Kappelburg, Armin ne faisait pas un très bon fermier. Avec sa femme, il s'est rendu en ville et a rejoint l'armée. Se révélant un bon soldat, il a apprécié sa vie jusqu'à l'incident fatidique de Krolter. Après cela, il a été affecté à la garde du donjon. Depuis, il est déprimé et de plus en plus enclin à l'alcoolisme.
Le sergent de la garde dit qu'Armin n'était pas un mauvais soldat. Il ne sait pas où il vivait mais pense que Gotz Bohmen, son ami, le sait probablement.

Vieil ami : Bohmen est un vieil ami d'Armin. Ils ont servi ensemble dans l'armée et ont été affectés à la garde du donjon en même temps. Cependant, à cette époque, ils se sont brouillés. Les PJ trouveront un Bohmen triste mais qui sera heureux de parler aux PJs. Il ne pense pas que son ami ait pu trahir le Baron. "Depuis la campagne de raids contre Krolter, il avait des humeurs étranges. Il traînait avec les autres et passait le plus clair de son temps à boire. Je ne lui avais pas parlé depuis des semaines mais il y a deux jours, il m'a offert un nouveau fourreau. C'était de la meilleure qualité. Nous avons parlé comme au bon vieux temps. Pauvre Yella, elle doit être bouleversée."
Il faisait partie du raid de Krolter et si on lui demande, il se souviendra : "C'était dirigé par Lord Ernst et Lady Yvette . Nous avons attaqué quelques villages périphériques, brûlé quelques granges et tué du bétail : les choses habituelles. Cependant, lorsque nous avons atteint un grand village, une force importante nous a surpris. L'ordre a été donné de battre en retraite et une bataille rangée a eu lieu. Nous avons été chanceux, la plupart des hommes s'en sont sortis." Félicité par Lady Yvette pour sa bravoure, Armin n'a jamais parlé de ce qui s'était passé. Gotz connaît l'adresse de sa femme et, si on lui pose des questions sur ces nouveaux amis, il leur recommande d'essayer l'Appel du Soldat sur Olbe Wag.

Nouveaux amis : Jonas Feher et Gustav Fritsch sont deux amis d'Armin qui boivent beaucoup. Ils sont tous deux à la taverne pour une veillée privée. Le barman les désignera si on lui demande des nouvelles d'Armin. Ils ne savent pas où il vit et disent que sa femme n'est qu'une vieille canaille qu'il vaut mieux éviter. Ils l'ont vu parler hier à trois hommes. Il n'a pas voulu dire qui ils étaient (mais leur description correspond à celle des tueurs du Baron). Ils savent qu'il a visité une auberge dans le quartier des Marchands : ils se souviennent qu'il a dit que c'était bien mieux qu'ici. "Je ne vois pas comment, cependant. Une bière est une bière, non ?"

Épouse : Yella Lornmel est visiblement bouleversée lorsqu'elle répond à la porte. Elle pensait que quelque chose était en train de se préparer depuis un moment maintenant. Depuis qu'il est revenu de Krolter, il est tout le temps fatigué et ivre. Il s'est passé quelque chose là-bas et elle pense qu'il devait une faveur à quelqu'un ou peut-être de l'argent. Avec le recul, elle aurait dû savoir que quelque chose allait se passer. Il a quitté la ville il y a deux jours pour toute la journée et est rentré tard. Il a mis la main sur de l'argent hier et lui a acheté des bijoux. Elle pense que cela vient d'un vieil homme aux cheveux blancs (Alfred Koltzack ) qui lui a rendu visite la veille. Ils ont parlé ensemble pendant un long moment. Ils parlaient à voix basse mais elle a entendu la phrase "Lord von Syberg l'exige." (En fait, elle a mal entendu, c'était "Lady von Syberg l'exige."). Il a caché l'argent mais elle l'a trouvé après sa mort. Si les PJs demandent à le voir, elle acceptera sur un test de Sociabilité réussi. Sinon, elle dira simplement qu'il s'agissait de 25 pièces d'or de Stratenheim. Elle a raison, ce sont des pièces nouvellement frappées, les mêmes que celles trouvées sur les Mercenaires qui ont attaqué Lord Stefan .
La visite au quartier marchand était pour rendre visite aux Mercenaires . Ils ont parlé à la Balance et la Pièce mais ils n'étaient pas sûrs qu'il suivrait le plan. Ils lui ont donc rendu visite plus tard pour s'en assurer.

Les bijoutiers
Si l'on demande à n'importe quel bijoutier local (il n'y en a que quelques-uns) à quoi correspond le poinçon sur la boucle d'oreille, on est dirigé vers les locaux d'Helene Kant. Cette femme d'une soixantaine d'années a repris l'affaire de son mari à sa mort. Elle s'est montrée experte dans ce domaine, au grand dam de nombre de ses concurrents. Elle se souvient avoir vendu une paire de boucles d'oreilles à un homme rude il y a une semaine. Elle pensait qu'il pouvait être un Mercenaire, mais il ne parlait pas beaucoup. Elle l'a revu récemment avec deux autres personnes chez le forgeron voisin.

Le forgeron
On peut trouver Werner Nyman en train de travailler dans l'atelier de sa forge. Il est toujours content d'avoir de la compagnie et offre de la bière aux visiteurs. Il a vendu aux hommes, qu'il pensait être des commerçants, trois chevaux et des selles. Ils ont demandé leur chemin vers l'Appel des Soldats mais n'ont pas dit grand-chose d'autre. Ils savaient certainement comment s'occuper des chevaux.

La Balance et la Pièce
En arrivant à l'auberge, les PJs voient une affiche en train d'être collée. Elle annonce l'exécution de Lord Stefan pour le meurtre du Baron Wilhelm ;
Citoyens loyaux de Kappelburg et de l'Empire
Demain, le meurtrier et criminel Stefan von Stratenheim sera exécuté pour ses crimes. Il sera jeté de la tour de la Porte Nord, une corde de justice autour du cou. Ainsi nous annonçons notre victoire prochaine.
Il n'y a que trois auberges dans le quartier marchand, toutes luttant pour joindre les deux bouts. Le propriétaire de la Balance et la Pièce se souvient très bien des trois hommes qui ont séjourné ici ("des gens du nord, un peu grossiers"). Ils ont dit qu'ils étaient en ville pour une réunion. Les trois étaient sortis la nuit dernière mais son fils a dit que seuls deux d'entre eux étaient rentrés (Clin d'oeil ! Clin d'oeil !). Ils avaient des chevaux à l'écurie ici et sont partis tôt ce matin. Un homme (digne, cheveux blancs) a livré un cadeau tard hier soir ("une bouteille de vin je suppose"). Ils ont eu une réunion privée hier avec un soldat et un autre marchand ("Tiléen, petit, moustache en crayon, lunettes, buvait de la bière bouillie. Ugh !"). C'était Armin et Alfredo Pizarro , le commis de Heiner Mack .

La fouille de leur chambre révèle deux robes correspondant à celle du coffre, des couvertures ensanglantées et une bouteille de vin non bue. La bouteille correspond à celle qui a été empoisonnée et qui a été donnée à Armin, et elle est elle-même chargée de belladone.

Enquêtes complémentaires
Il est possible que les PJ décident de retrouver Alfred Koltzack , qui ne sera probablement connu que par sa description. La déduction selon laquelle il travaille pour la famille von Syberg ne devrait paraitre évidente. Cependant, ce ne sera pas facile :
Natalie niera le connaître, tout comme Mathieu (sincèrement), ainsi que le personnel de cuisine et autres. Ils leur recommanderont de s'adresser à Fritzcal Meier, le maître de maison. Meier est en charge des domestiques du Donjon et connaît Alfred. Cependant, il est loyal envers Yvette et n'admettra pas qu'il le connaît avant de lui avoir parlé.

Deux rencontres possibles pourraient bien avoir lieu à ce moment-là. Toutes deux devraient inciter le groupe à quitter la ville. La première est l'émission d'un mandat d'arrêt à l'encontre des joueurs pour le meurtre du baron. Il a été émis par Ulrich , sur les conseils d'Yvette . Mathieu n'était pas au courant et n'a pas le pouvoir d'annuler le mandat. S'ils sont pris, c'est la mort. En tant que roturiers, ils sont encore plus susceptibles que Stefan d'être exécutés. Utilisez cet événement, lorsque les PJs se rapprochent trop d'Alfred.

Une rencontre optionnelle est celle qui montre la trahison de Natalie. Après qu'un PJ est allé la voir pour des informations, elle s'arrange pour les rencontrer à la nuit tombée. Cela se passe en ville, sur une place tranquille près du palais. Yvette a décidé de capturer l'un des PJ pour le torturer. Elle a l'intention de découvrir ce qu'ils savent, puis de tuer le captif. Le piège est tendu et Natalie s'excuse auprès du PJ, les soldats entrent en scène. La fuite est la meilleure option si le PJ est seul.

Secrets
Ces informations devraient suffire à permettre aux PJ de reconstituer une grande partie de l'intrigue. Ils auront probablement l'idée que quelqu'un d'important dans le Donjon est impliqué mais ne seront pas sûrs à 100% de qui. Avec l'arrivée du Duc Reiner von Stratenheim le lendemain et Stefan qui est sur le point d'être exécuté, ils doivent mettre un terme à la situation. Les réponses semblent se trouver avec Heiner Mack aux Trois Potences. Alternativement, pour gagner du temps, ils peuvent se tourner vers le Duc Reiner et son armée qui approchent.

S'ils informent le Seigneur Mathieu de leurs plans, il sera d'accord avec eux. Il aura l'air inquiet puis dira : "Je vais vous dire quelque chose de très secret et avant de le dire, vous devez jurer de ne jamais le révéler". S'ils disent oui, alors, "Les portes seront fermées et vous ne pourrez plus entrer facilement. Cependant, il y a une petite chute d'eau à un mile à l'est de la ville. Derrière se trouve un passage secret menant aux geôles d'ici, connu seulement de la famille. Suivez le passage en prenant à gauche à chaque fois. Je ferais surveiller la zone, si d'autres que vous tentent d'entrer, je la ferai s'écrouler. Que Sigmar soit avec vous."

Camp des Mercenaires
En quittant la ville, ils voient les Mercenaires de Krillheim Kate remballer leur camp et s'éloigner de la ville en direction de la colline voisine. Ses éclaireurs ont vu l'armée du Baron se diriger vers la ville et Kate a décidé de se retirer. Elle invoque le retard de paiement comme excuse, mais elle attend simplement que les prix augmentent.

Chercher dans les camps de Mercenaires des nouvelles d'un soldat qui n'a qu'une oreille ou qui serait porté disparu ne donnera aucune réponse.

Le marchand d'armes

Heiner Mack est à l'origine du meurtre du Baron. Bien qu'il ait été organisé sur l'instigation et la planification d'Yvette , il n'était en aucun cas un participant involontaire. Ils ont mis au point le plan ensemble, en faisant appel à Yvette et Alfred Koltzack comme intermédiaires. Mack sait qu'il a affaire à l'un des von Sybergs mais ne sait pas avec certitude lequel. Il soupçonne Ulrich . C'est Alfredo qui a contacté les Mercenaires , choisissant le plus malhonnête de la bande. Après la tuerie, les deux survivants sont venus chercher leur argent auprès de Mack lui-même. Le Marchand ne sait rien de l'alliance du Baron.

Heiner Mack est toujours terré aux Trois Potences. Sa cargaison est arrivée la nuit dernière et il attend maintenant l'arrivée du représentant de Stratenheim. Des charriots remplis d'armes se trouvent dans la cour, gardés par une demi-douzaine de gardes (pas trop vigilants). Il n'y a pas d'armes exotiques, juste quelques articles de base solides. L'auberge est remplie de conducteurs et de gardes. Mack et son équipe sont à l'étage pour les derniers préparatifs de la transaction. L'achat a été organisé il y a un mois. Il avait entendu dire que le Duc n'allait pas faire l'achat, mais avec la possibilité d'une paix sur le point d'être brisée, il va de l'avant. Si les PJs le défient maintenant, il niera simplement. Entouré de ses hommes, il est confiant et fier. Une fois en sécurité, il ordonnera qu'ils soient capturés (seulement s'ils sont susceptibles de se rendre) et enfermés dans la cave.

Un peu plus tard, une unité des troupes de Stratenheim arrive. Elle est dirigée par le capitaine Harnish, cousin du duc, ami proche et conseiller. Son escorte est lourde, elle protège les deux hommes et l'or qu'ils transportent. Deux des hommes transportent 1000 CO dans un coffre.

Les pièces font partie d'un lot de deux mille pièces frappées pour célébrer la paix (mille ici, cinq cents encore à Stratenheim et cinq cents emportées par Stefan à Kappelburg comme présent). Si les PJs ont découvert les pièces sur les Mercenaires et/ou celles payées à Armin, ils découvriront qu'elles correspondent. Ce fait est la clé pour découvrir Yvette . Les cinq cents que Stefan a apporté à Kappelburg ont été placés dans le trésor. Demandant de l'argent, Yvette en a reçu trois cents. Elle les a donnés à son domestique Alfred, qui a payés les Mercenaires , le reste étant caché dans sa chambre.
Alors que les hommes mettent pied à terre à l'extérieur, Mack dresse une table au milieu de l'auberge. Les soldats entrent devant Harnish qui s'approche de la table. Le coffre est placé à côté de lui et ouvert. Il plonge une main à l'intérieur, versant des pièces sur la table.

"Voici l'argent comme promis. J'avais espéré que nous n'aurions pas à traiter à nouveau. Il semble que les dieux aient décrété que je ne mourrai pas dans mon lit."
Mack sourit, content de lui, "L'argent de Stratenheim est toujours bon, Capitaine. Fraîchement battu aussi. Je suis honoré."
"Il l'est. Je suis sûr que vous n'apprécierez pas le fait mais ceux-ci ont été frappés pour célébrer la paix. S'il y avait eu la paix, j'aurais pris grand plaisir à venir ici et à vous jeter dehors pour de bon."
"Doucement ! Doucement ! Capitaine, je préférerais bien sûr que la paix passe par votre victoire. Mais, passons aux affaires. Venez vérifier la marchandise. Je suis sûr que vous conviendrez qu'elle est, comme toujours, de la meilleure qualité. "
"Je suis sûr qu'elle le sera, marchand." Ils sortent ensemble. Là, Harnish vérifie les marchandises et part, ses hommes conduisant les chariots.

Faire leurs accusations devant Harnish est une bonne idée. Il est assez fort pour intimider les gardes de la caravane et est prêt à agir. Il arrêtera Mack, Alfredo et toute autre personne impliquée par les PJs. Ils seront traînés jusqu'au camp du Baron. Il ne le fera que si les PJ l'abordent dans l'auberge et qu'il est obligé de prendre une décision. Ceci, bien sûr, si les PJ peuvent faire un bon compte-rendu d'eux-mêmes. Cependant, il est plus que disposé à croire le pire de Mack.

Le Duc Reiner
Le Duc chevauche à la tête de son armée, composée principalement d'hommes de son pays mais aussi d'une unité de Mercenaires de Kislev. Il a acheté une force suffisamment importante pour décourager les attaques si l'initiative de paix échoue. Lord Ernst voyage à ses côtés, partageant sa table et est autorisé à conserver son arme. Cependant, avec la nouvelle que Stefan devait être exécuté Ernst a été placé sous garde armée. Reiner sait que sa force n'est pas assez grande pour prendre d'assaut Kappelburg mais espère qu'elle est suffisante pour effrayer la ville. Il pense que cela et la vie de Lord Ernst suffiront à sauver Stefan .

Si les PJs arrivent au camp sans Harnish, ils seront arrêtés par les gardes et amenés sans armes devant le Duc. Celui-ci écoutera l'histoire et posera des questions tout au long, se convainquant de sa validité. Si Mack n'a pas déjà été arrêté, il l'ordonnera.

Le Marchand et son Scribe seront traînés devant lui enchaînés, tous deux protestant de leur innocence. Ils nieront toute connaissance des accusations des PJs, les proclamant menteurs. Le Duc, qui n'est pas d'humeur à jouer, ordonne qu'ils soient interrogés par l'un de ses capitaines, qui est aussi son tortionnaire. Ils sont traînés au loin. À ce stade, Reiner convoque Lord Ernst et l'informe de ce qui se passe.

Il ne faut pas longtemps avant que les deux hommes aient dit tout ce qu'ils savaient. Les deux captifs craignent pour leur vie et répondent aux questions de Reiner et Ernst. Ils passent la moitié de leur temps à se blâmer mutuellement, revendiquant leur propre innocence. A la fin de l'interrogatoire, les deux Gentilhommes sont convaincus de la véracité du récit. Cependant, Reiner est suffisamment réaliste pour savoir que cela ne fait guère de différence. Stefan est toujours susceptible d'être exécuté une fois que l'armée sera en vue des murs. Bien que cela ne soit pas dit, cela conduira à l'exécution d'Ernst. Lord Ernst se porte volontaire pour entrer dans la ville et découvrir le coupable, jurant qu'il reviendra. Reiner refuse et dit aux PJ que la situation est entre leurs mains. Il fera camper son armée ici jusqu'au matin, leur laissant le temps d'entrer dans la ville et de libérer Stefan .

Embuscade
Si, à leur retour à Kappelburg, les PJ ne connaissent pas la route secrète vers la ville, ils devront trouver un moyen d'entrer par-dessus les murs. Les patrouilles et les gardes sont fortement augmentées et ils courent le danger d'être vus comme des espions ennemis. Si cela se produit, ils risquent de se battre, les troupes étant quelque peu sur les nerfs. Leur capture donnera lieu à des explications à un capitaine dubitatif, et l'entêtement pourrait les voir confier à un tortionnaire.

La route secrète est telle que décrite. La cascade elle-même est cachée au fond d'une petite vallée, une scène quelque peu pittoresque. L'entrée est étroite et une fois traversée, les passages se divisent et se tordent. Il faut parfois ramper, parfois grimper. Après un certain temps, ils approchent du donjon et entrent dans des tunnels plus larges. Ici, Yvette leur a tendu une embuscade. Un groupe de ses hommes, dirigé par son garde du corps, a été envoyé pour s'assurer de leur mort. Ce combat doit être adapté pour rendre les choses difficiles pour les PJs. Les hommes sont cachés dans les recoins sombres du tunnel, masqués et recouverts de capes noires. S'ils ne sont pas détectés, ils bondiront à l'extérieur, se concentrant d'abord sur l'élimination de tout lanceur de sorts. Tant que Rudolf est en vie, ils ne battront pas en retraite, sinon ils courront dès que quatre d'entre eux sont morts.

En fouillant les corps, les PJs reconnaitront Rudolf comme étant le garde du corps d'Yvette . Ils trouveront également sur lui une des pièces d'or de Stratenheim.

Découverte
En entrant dans la ville, les PJs devront aller voir Mathieu . Une fois à l'intérieur, ils devront le convaincre que Stefan est innocent. Bien qu'il le pense personnellement, des preuves sont nécessaires pour convaincre les autres. Avec l'appui de Mathieu , Alfred Koltzack est facilement retrouvé et arrêté. Mathieu sait qu'il doit être rapide et le faire arrêter sans que cela ne remonte à Yvette , un risque énorme. Il est évident à ce stade qu'Yvette est la coupable la plus probable.

Au début, Alfred dit qu'il travaillait pour Stefan et ne changera pas d'histoire jusqu'à ce qu'il soit confronté aux preuves. Dans sa chambre se trouve un petit coffre contenant 120 pièces d'or de Stratenheim. Une fois cette somme trouvée, il en assume l'entière responsabilité, espérant ainsi détourner la responsabilité d'Yvette . Il raconte l'histoire complète, impliquant Mack et le mercenaire en second lieu.
Il y a un lien qui montre qu'Yvette était directement impliquée. Approcher le trésorier du Baron le prouvera. Ses archives montrent qu'Yvette a personnellement retiré cinq cents pièces d'or. C'est cet argent qui a été utilisé pour payer les personnes impliquées.

Le second mercenaire
S'ils décident de retrouver Hans Dirtee, l'officier en second des Mercenaires , ils devront le faire venir à Kappelburg. Le convoquer au Donjon avec Krillheim Kate pour discuter des Mercenaires est peut-être la meilleure idée. Dirtee a toujours la bague du Baron sur lui, preuve évidente de sa culpabilité pour la plupart des gens. Sa confession du meurtre après avoir été engagé par Alfred est plus que suffisante pour convaincre les autres. Kate est choquée par la tournure des événements et promet de se battre aux côtés de Kappelburg. Si un PJ suggère de la faire arrêter pour le moment, Mathieu acceptera et elle sera jetée dans les cachots.

Le duc arrive

Alors que le soleil se lève sur la forêt, Ulrich ordonne aux hommes de Mad Miguel d'entrer dans la ville pour aider à la protéger. Quelques heures plus tard, le Duc Reiner arrive. La nouvelle fait le tour de la ville et beaucoup de gens paniquent, bien que la plupart soient résolus. Un héraut arrive de la part de Reiner et annonce que si Stefan n'est pas libéré en échange de Lord Ernst, il attaquera. Ils ont jusqu'à midi.

Avec les preuves que les PJs lui ont données, Mathieu va voir son père pour le convaincre. Si les PJ ont réussi à découvrir une grande partie du complot et à faire avouer leurs crimes à Alfred ou Hans Dirtee, Ulrich sera convaincu. Non pas qu'il soit heureux de cela, mais il est tenu par l'honneur d'accepter.

La paix
Ulrich est convaincu et Mathieu libère Stefan . Ensemble, ils quittent la ville et entrent dans le camp du Duc Reiner . Là, après d'heureuses retrouvailles, Ernst est libéré. Laissant Reiner derrière eux, les trois hommes retournent en ville. On les voit arriver et la nouvelle se répand comme une traînée de poudre. Les gens se précipitent aux portes pour accueillir le héros de retour, un peu confus par la tournure des événements. Ernst, suivi de Mathieu et Stefan , grimpe sur les remparts. Là, il calme la foule et parle : "Mon peuple, je vous ai rapporté des nouvelles de paix. Stratenheim est à nouveau notre voisin et ami. Certains ont tenté de nous empêcher d'atteindre ce but, mais de tels traîtres seront traités en conséquence. Maintenant, nous sommes à nouveau sous le regard de Sigmar, car côte à côte, nous sommes plus forts. Les peaux vertes et les hommes-bêtes menacent toujours nos frontières et notre peuple mais nous nous tiendrons côte à côte pour les arrêter." Une acclamation qui n'a cessé de croître depuis qu'il a commencé à parler finit par submerger le reste de son discours.

Dans les jours qui suivent, toutes les personnes impliquées (sauf Yvette ) par les PJs sont emprisonnées, jugées et pendues. Ernst est couronné Baron et expulse secrètement Yvette de la ville. Elle jure de se venger des PJ et de Lord Stefan . Avec le temps, elle prendra la tête d'une compagnie de Mercenaires , pour éventuellement rencontrer à nouveau le groupe. Elle n'oubliera pas.

Pendant ce temps, les PJs sont traités comme des héros honorés au Donjon. Ils peuvent rester aussi longtemps qu'ils le souhaitent et on leur offre toutes les armures et armes dont ils ont besoin (rares ou moins), peut-être même un cheval. On leur offre 50 CO chacun, Ernst s'excuse en disant que les coffres sont vides. Si vous en avez envie, vous pouvez offrir une pension de 25 CO par an à la place. Les PJ devront retourner à Kappelburg pour la percevoir.

La guerre
Si les PJs ne parviennent pas à obtenir de résultats, alors Stefan est pendu aux créneaux. En représailles, Ernst est exécuté et un héraut livre sa tête aux portes de Kappelburg. Le Duc Reiner retire son armée et se dirige vers Ertburg, qu'il rase. Ulrich est couronné Baron. La guerre semble devoir continuer dans un avenir prévisible. Pendant le mois suivant, elle est particulièrement violente, mais se résume ensuite aux habituels raids et escarmouches. A Stratenheim, Lord Alexander exerce de plus en plus d'influence, et une fois Duc, il est probable que la guerre ne se terminera que par la défaite d'un camp ou d'un autre.

Pendant ce temps, les PJs sont toujours recherchés pour meurtre sans compter qu'ils sont considérés comme des espions.

Points d'expérience
Ces points sont laissés à la discrétion du MJ qui les attribue comme il le souhaite. Les joueurs devraient être récompensés pour avoir sauvé Stefan (deux fois), aidé Karl à découvrir Mack, révélé Yvette et amené tous les participants devant la justice. Ils devraient être particulièrement bien récompensés pour avoir ramené la paix.

Sang Noble (Noble blood)

Personnages non joueurs (PNJ)

  • Duc Reiner - Noble : Baron - Niv. 2
    MCCCTFEBIADexCdIntClFMSoc
    464336511523576460384249

    Carrières : Noble 2, ex-Ecuyer, ex-Noble 1, ex- Chevalier Errant

    Compétences : Soins aux animaux, Dressage d'animaux, Baratin, Charme, Resistance à l'alcool, Désarmement, Esquive, Étiquette, Jeu, Chasse, Héraldique, Chance, Musique, Éloquence, Lire/écrire, Équitation, Langue secrète - Jargon des batailles, Chant, Spécialisation : Lance, Épée d'escrime, Arme articulée, Arme de parade, Arme à deux mains, Intendance, Narration Coups Puissants, Coups précis, Coups Assommants, Sens de la répartie

  • Stefan
    MCCCTFEBIADexCdIntClFMSoc
    43325337301292929292929

    Compétences : Compétences : Langage des Arcanes - Magikane, Astronomie, Cartographie, Charme, Résistance à l'alcool, Étiquette, Héraldique, Histoire, Chance, Musique, Numismatique, Eloquence, Alphabétisation, Equitation, Langage secret - Classique, langue étrangère (bretonnien), Arme spécialisée : Épée d'escrime, Armes de parade, Sens de la répartie.

    Possessions : Armure en cuir, rapière, dague main gauche, bourse (25CO 15/-)

  • Otto - Garde du corps
    MCCCTFEBIADexCdIntClFMSoc
    45025438452322533303230

    Carrière : Garde du corps, ex-Marin

    Compétences : Résistance à l'alcool, Désarmement, Esquive, Traumatologie, Canotage, Jargon des batailles, arme spécialisée - arme de poing, Bagarre, Coups Puissants, Coups assommants, Natation.
    Possessions : Armure en cuir, rapière, main gauche, bourse (17/12)

    Troubles : Alcoolisme (pas actuellement)

  • Yvette - Chevalier errant
    MCCCTFEBIADexCdIntClFMSoc
    451444410533365247342641

    Carrière : Chevalier Errant, ex-Écuyer

    Compétences : Soins des Animaux, Dressage, Danse, Désarmement, Esquive, Étiquette, Héraldique, Musique, Alphabétisation, Équitation-Cheval, Langage Secret- Jargon des batailles, Chant, Arme de spécialisation - Lance, Armes articulées, Arme à feu, Arme à deux mains, Coups Puissants, Coups Précis, Coups Assommants
    Équipement : Chemise de maille, Plastron, Fléau a une main, Bouclier, Fléau à deux mains, Dague, Main gauche.

  • Ulrich - Chevalier errant
    MCCCTFEBIADexCdIntClFMSoc
    365376511452414538433041

    Carrière : Chevalier Errant, ex-Écuyer

    Compétences : Soins des Animaux, Dressage, Résistance à l'Alcool, Désarmement, Esquive, Étiquette, Héraldique, Équitation - Cheval, Langage Secret - Jargon des batailles, Arme de spécialisation - Lance, Armes articulées, Armes de parade, Armes à deux mains, Bagarre, Coups Puissants, Coups Précis, Coups Assommants, Résistance Accrue.

  • Mathieu - Gentilhomme
    MCCCTFEBIADexCdIntClFMSoc
    440378442412414538433041

    Carrière : Gentilhomme, ex-Écuyer

    Compétences : Soins des Animaux, Dressage, Baratin, Charisme, Esquive, Étiquette, Jeu, Héraldique, Chance, Musique, Alphabétisation, Équitation-Cheval, Langage Secret-Classique, Coups Puissants, Sens de la Répartie

  • Mercenaires - Mercenaire
    MCCCTFEBIADexCdIntClFMSoc
    44329348401293529393230

    Compétences : Désarmement, Langage Secret - Jargon des batailles, Coups Puissants, Coups Assommants
    Équipement : Chemise en maille, épée.

  • Heiner Mack - Marchand
    MCCCTFEBIADexCdIntClFMSoc
    33535438521305049393951

    Heiner a appris les méthodes de vente de son père. Le propriétaire d'une boutique dans le quartier de Goldstrades à Talabheim. Elle s'est avérée trop petite pour les ambitions de Heiner. Il a investi sagement et a rapidement organisé des exportations vers Kislev. Cependant, il a découvert que le véritable argent était l'approvisionnement des personnes impliquées dans les différents conflits. Son habileté à identifier la demande lui permet de pratiquer des prix élevés. Bien qu'il soit dans le métier depuis vingt ans, il n'a jamais réussi à devenir vraiment prospère. C'est principalement parce qu'il ne fait confiance qu'à peu d'autres personnes pour faire ses affaires. Alfredo est son secrétaire et son conseiller le plus fiable. Mack sait qu'il se sert dans la caisse, mais il choisit d'ignorer cette mesquinerie.

    Adorateur de Handrich, Heiner a consacré sa vie à l'accumulation d'argent. Il a peu de moralité et a des tendances sadiques mineures. Il considère tout le monde du point de vue de l'argent qu'ils peuvent lui rapporter ou non. Quand il le veut, il peut être un incommensurable flatteur. Du haut de son mètre soixante-cinq, il porte sa richesse à l'extérieur. Jamais maigre, il a grossi ces dernières années. Il ne porte pas d'arme, considérant que la violence n'est pas civilisée (après tout, ses gardes du corps sont là pour ça).

    Carrière : Marchand, ex-Commerçant
    Compétences : Baratin, Charisme, Évaluation, Commerce, Législation, Sens de la Magie, Numismatique, Alphabétisation, Équitation, Langage Secret - Langue de Bataille, Langage Secret - Guilde, Langue Étrangère (Tiléen), Calcul mental
    Équipement : Vêtements chic, bourse cachée (9CO 37/19) ; Bijoux (30CO), sceau et cire

  • Alfredo Pizarro - Scribe
    MCCCTFEBIADexCdIntClFMSoc
    32224235451343935354237

    Le secrétaire personnel de Mack. Il a passé sa jeunesse à Magritta. Son talent pour les chiffres lui a permis de trouver de nombreux emplois, bien qu'il ait eu la fâcheuse habitude de chaparder. Toujours sur le qui-vive, il a rejoint une bande de mercenaires et s'est occupé de leurs coffres. Jusqu'à ce qu'il prenne peur. A cette époque, il a réussi à impressionner Mack et l'a rapidement rejoint. Petit, le visage pincé, avec la plus petite des moustaches en forme de crayon, Alfredo s'habille de couleurs ternes et a toujours un livre de comptes fermement tenu dans sa main. Son accent tiléen reste fort. Il a l'étrange habitude de boire de la bière bouillie.

    Carrière : Scribe
    Compétences : Langue Hermétique - Magikane, Numismatique, Alphabétisation, Langage Secret - Classique, Langue Étrangère (Reikspiel), Calcul mental
    Équipement : Plumes, Encre, Registres, Contrats, Bourse (9 CG 34/12)

  • Gaunt - Garde du corps
    MCCCTFEBIADexCdIntClFMSoc
    450255510452322529303230

    Ces trois hommes sont depuis longtemps au service de Mack. Il les paie et les traite bien. Gaunt est leur chef, bien qu'il soit muet. Complètement chauve et mesurant deux mètres, il est une présence imposante.

    Compétences : Désarmement, Arme de spécialisation - arme de poing, Bagarre, Coups Puissants, Coups Assommants, Force Accrue.
    Équipement : Armure en cuir, épée, poings américains.

  • Axel & Wim - Garde du corps
    MCCCTFEBIADexCdIntClFMSoc
    45325437402322533303230

    Compétences : Désarmement, Arme de spécialisation - arme de poing, Bagarre, Coups Puissants, Coups Assommants, Force Accrue.
    Équipement : Armure en cuir, épée, poings américains.

  • Alfred Koltzack - Domestique / Valet
    MCCCTFEBIADexCdIntClFMSoc
    44325339401292929293929

    Âgé de plus de soixante ans, Alfred est un homme grand et digne aux cheveux et à la barbe blancs. Il sert Yvette comme il a servi sa mère. Il les a connues toutes deux dans leur enfance et sa loyauté envers elle est indéfectible. Le service d'Yvette est le but de sa vie et tant que ses intérêts sont protégés, il ne voit rien de mal à ses actions. Il a servi d'intermédiaire entre Yvette, Heiner Mack et les mercenaires. Si le plan échoue, il s'en prendra volontiers à lui-même pour protéger sa maîtresse.

  • Natalie Blum - Courtisan
    MCCCTFEBIADexCdIntClFMSoc
    443353411501494949494949

    Cousine éloignée des von Syberg, la position de dame d'honneur est un grand honneur pour la jeune Natalie. Elle est séduisante, intelligente et ambitieuse. La cour d'Altdorf est la destination qu'elle envisage une fois qu'elle aura acquis les compétences de la cour. Elle espère y trouver un mari riche et puissant. Sa loyauté envers Yvette n'est qu'une question d'intérêt personnel. Elle ignore qu'Yvette est derrière le meurtre du Baron ou l'attaque contre Stefan.

  • Rudolf Bratsch - Garde du corps
    MCCCTFEBIADexCdIntClFMSoc
    45335448402294529293535

    Un des gardes du corps d'Yvette. Il lui est loyal et connaît l'ampleur de sa trahison. Il pense qu'elle a entièrement raison et considère les PJ comme des ennemis.

    Compétences : Soins des Animaux, Désarmement, Esquive, Étiquette, Équitation - Cheval, Langage Secret - Jargon des batailles, Arme de spécialisation - arme de poing, Bagarre, Coups Puissants, Coups Assommants, Force Accrue.
    Équipement : Armure de maille, bouclier et arme de poing.