Veuillez patienter...

La Couronne du Destin

Source : Warhammer Battle - La Couronne du Destin -WARHAMMER, proposé par Earendil.

« La Couronne du Destin est demeurée cachée sous les Collines Hurlantes pendant de longs siècles. Rares sont ceux qui connaissent son origine, ou son créateur fou, ou la terrible malédiction qui résonnera pour les siècles à venir si elle venait à être dérangée...


Il y a deux mille cinq cent ans, le Vieux Monde était une terre sauvage et enténébrée. Des bêtes féroces et des êtres maléfiques hantaient les forêts et les plaines, et les belliqueuses tribus humaines y vivaient dans un danger permanent. C'est dans ce monde impitoyable que naquit Sigmar, et son premier exploit fut de secourir le roi nain Kurgan Barbe de Fer, tombé dans une embuscade de peaux-vertes. Barbe de Fer offrit à Sigmar un grand marteau runique - Ghal Maraz- que ce dernier utilisa à bon escient pour chasser les bandes orques et unifier les tribus humaines.
Des années plus tard, Sigmar et Kurgan luttèrent côte à côte à la bataille du Col du Feu Noir. Pour célébrer la victoire, le roi nain ordonna à son Maître des Runes que fussent forgés les Crocs Runiques.


Ce Maitre des Runes se nommait Alaric, et il avait créé quelques-unes des armes les plus puissantes à avoir jamais été brandies. Après un siècle de durs labeurs, les Crocs Runiques furent offerts aux Comtes Electeurs de l'Empire. Certain prétendent que l'ampleur de la tache rendit Alaric obsessionnel et paranoïaque, mais ses pairs affirmèrent qu'il s'agissait là de ses plus belles créations. Cependant, le Maitre des Runes refusa de considérer qu'il avait atteint l'apogée de son art.
Alaric se mit à chercher une nouvelle rune et il découvrit une variante de la Rune des Rois: la Rune des Ages. Non seulement celle-ci retenait et distillait la sagesse de ses porteurs pour la transmettre à leurs successeurs, mais elle donnait également le pouvoir de contrôler sa destinée. Celui qui l'arborait pouvait décider de son propre sort et de celui de son peuple.
Alaric se rendit rapidement compte que, quel que soit le matériel utilisé, celui se brisait systématiquement au dernier coup de ciseau. Pierre, métal, gromril, écaille de dragon... Rien ne semblait assez solide pour les puissantes énergies de cette nouvelle rune majeure. Alaric se lança donc à la recherche de matériaux assez robustes pour absorber la puissance de la rune. Pendant de longues décennies il parcourut les chemins du Vieux Monde, les montagnes et les forêts. Il ne trouva rien mais son obsession s'accentua, si bien qu'hommes et nains lui attribuèrent bientôt un nouveau sobriquet: le Fou.
Alors qu'il empruntait ce qui est aujourd'hui la route de la Vieille Foret -qui n'était à l'époque rien de plus qu'un chemin à peine entretenu- il tomba dans une embuscade tendue par une bande de skavens. Bien qu'âgé et vouté, Alaric n'en demeurait pas moins un vétéran de maintes batailles, et il élimina les hommes-rats sans difficulté. Et, non loin de là, il senti la présence -comme seul un Maitre des Runes est capable de le faire- d'un minerai inconnu mais incroyablement puissant. Suivant son instinct, il se rendit aux pieds d'un chêne difforme et, entre ses racines torses, découvrit une substance apte à accueillir la Rune des Ages: la malepierre. N'hésitant que l'espace d'un battement de cœur, Alaric déterra le bloc. Peut-être la sagesse avait-elle cédée devant l'obsession qu'il avait de prouver qu'il était le plus grand Maitre des Runes de tous les temps. Ou peut-être l'influence maléfique qui imprégnait la matière avait-elle assise sa domination sur le vieux nain.
Le reste de la vie d'Alaric n'est que rarement évoquée. On dit qu'il voyagea jusqu'aux confins des Montagnes Grises où il érigea une forge alimentée par le sang brulant des volcans. Là, il travailla la malepierre nuit et jour, jusqu'à ce qu'il eût façonné une couronne étincelante, sur laquelle il inscrivit la Rune des Ages.
Alors qu'Alaric contemplait sa création, ses pensées s'éclaircirent subitement. La folie l'avait aveuglé et il comprit que, loin de donner à son porteur le contrôle de sa destinée, cette couronne ne ferait jamais qu'attiser la moindre parcelle de malice qu'elle trouverait chez lui, afin d'en faire le réceptacle de toutes les pensées néfastes de ses précédents porteurs.
Alaric fut horrifié par ce qu'il avait créé, mais il savait que la couronne ne pourrait jamais être détruite, aussi résolut-il de la cacher. Il se rendit à la Grande Foret, sous les Collines Hurlantes, et s'enfonça dans les profondeurs d'une mine naine plus ancienne que la Guerre de la Barbe. Là, il creusa une chambre forte, y déposa la couronne et scella le tout avec les plus puissantes runes de protection.

L'objet resta dissimulé pendant des siècles. Sa chambre forte resta inviolée, même lorsque l'entrée de la mine finit par s'effondrer sur elle-même. Puis, un violent séisme secoua les Collines Hurlantes, et des rumeurs ne tardèrent pas à circuler, parlant de nouveaux filons de gromril mis à jours par le cataclysme. Une bande de mineurs nains partit explorer les lieux; hélas, ils trouvèrent tout autre chose que ce qu'ils étaient venus chercher. En explorant les anciens tunnels, ils tombèrent sur la chambre forte, ouverte. Ce qu'il advint ensuite nous est inconnu car un seul des nains émergea des tunnels, épave sanglante et délirante.
Peu après, une bande de Gobelins de la Nuit, sans cesse en quête de nouvelles cavernes à infester, trouva la galerie, le mineur fou et les cadavres de ses compagnons. Les gobelins capturèrent le survivant et déduisirent, d'après ses soliloques, qu'ils avaient découvert un objet de très grande puissance, quelque part dans ce qui était désormais leur nouveau repère. Les gobelins torturèrent le nain mais n'en tirèrent rien de plus. La position de la couronne aurait ainsi pu rester secrète, mais une expédition menée par le Thane Grombold, du célèbre clan Krud, vint s'enquérir du sort des mineurs. Lors du chaos qui s'ensuivit, un gobelin plus vil encore que les autres trouvèrent la couronne, massacra ses compagnons et s'enfuit avec elle dans les bois.
Des armées se rassemblent d'ores et déjà pour s'emparer de l'artefact, car les rumeurs folles de sa puissance ont atteint les quatre coins du monde. Les nains cherchent à la ramener dans leurs demeures pour cacher aux yeux de toute la démence d'Alaric. Grimgor pense qu'en s'en emparant, les meilleurs guerriers du Vieux Monde viendront pour se mesurer à lui. L'empereur voit en elle une relique du temps de Sigmar, et considère que son devoir est de l'utiliser pour faire le bien de son peuple.

Quiconque s'en empare ne pourra y parvenir qu'en payant le prix du sang -prix que chaque faction est plus que prête à s'acquitter tant la récompense est grande....
»

Retour à la liste