Veuillez patienter...

Donner du relief au Duelliste

Il n'existe probablement pas plus fringante figure dans toute la haute société contemporaine que le duelliste, ce maître d'armes, de la mode, et de la répartie. Ils séduisent l'imagination des gens de toutes les classes sociales, par leurs épées étincelantes, leur adresse au pistolet, leur tendance vestimentaire et leur sens de la répartie. Ils provoquent l'envie et l'admiration chez la plupart des gens, mais également la crainte. En effet, en dépit de leurs beaux atours, ils sont parmi les plus rapides et les plus meurtriers des combattants. Leur spécialité, également appelé "art", a atteint un haut niveau de sophistication et de complexité avec très peu de concurrents.

Ce sont des hommes modernes, hérauts d'une nouvelle ère, alimentés par l'opulence de la noblesse et a la sensibilité détachée. Les duellistes portent les armes les plus élaborées, fabriquées par un petit groupe d'artisans armuriers, et leur équipement n'en est pas moins cher ou rare, et varie selon les saisons et les caprices de la mode.
Ainsi, telle est l'ambition de la plupart des nobles ayant un attrait pour les compétences martiales, que d'aspirer à l'art du duel : un noble incapable de faire face à un affront est considéré comme un provincial, peu sophistiqué et est un paria de la noblesse.

Pour ceux souhaitant appartenir à cette catégorie distinguée de nobles, le duel est un des rares moyens d'y parvenir. La plupart des gens qui enseignent le duel sont de célèbres guerriers, qui ont combattu jusqu'à avoir acquis un rang important. D'autres cherchent à gagner le respect de la noblesse en rivalisant de part leurs talents dans les duels. Ainsi, de nombreux marchands et consorts font appel à des professeurs, à l'image des nobles. Parvenir à devenir un bon duelliste revient à gagner le respect et l'admiration de l'ensemble de la société.

Il est important de noter que bon nombre de personnes riches ont une formation de duelliste, qu'ils soient nobles, marchands, étudiants ou médecins. Etre formé au duel, même si l'on ne le pratique pas, est considéré comme un signe de sophistication. Mais il ne suffit pas de se battre en duel, même si l'on est doué, pour être considéré comme un duelliste. Les véritables Duellistes sont ceux qui embrassent pleinement l'art du duel et gagnent leur vie grâce à leurs talents dans ce domaine.

Le Rôle du Duelliste dans la société

Le rôle du Duelliste est profondément enraciné dans les traditions des classes supérieures, et en particulier la haute société. Alors que la noblesse a toujours été connue pour ses traditions martiales, leur stabilité, leur richesse et leur pouvoir ont eut tendance à écarter la noblesse de sa fierté et son passé parfois violent. L'art du duel et son importance dans la haute société veille à ce que les nobles puissent encore assouvir leur goût du sang, dans un cadre raffiné et très cultivé.


Le duel a une longue histoire dans le nord, mais bon nombre des améliorations et du raffinement dont l'art bénéficie aujourd'hui, est le résultat de son évolution dans le sud et l'ouest du Vieux Monde. C'est devant les tribunaux d'Estalie et de Tilée que l'art du duel a d'abord émergé et a été rapidement exploité par le tribunal bretonnien qui l'a doté des règles les plus raffinées de bienséance, et de son outrageux sens de la mode. Les Estaliens et Tiléens ont ainsi perfectionné la pratique, tandis que les Bretonniens y apportait l'élégance et la présentation. L'Empire quant a lui n'a eut qu'a singer ses pairs les plus raffinés.

L'essor des villes et des cités dans le Vieux Monde et l'arrivée de la noblesse depuis leurs campagnes vers des zones cosmopolites, ont accrus le succès de duel. C'est en effet là que l'esprit et la mode régnaient en maître et que les conflits étaient réglés à coup de duel, de mots ou de lames. Le duel est une extension de ces anciennes traditions martiales et le duelliste contemporain est tout aussi qualifié, dans sa manière de procéder, que l'archaïque seigneur à cheval. Le Duel est une façon de rester compétant et en forme, tout en acquérant du prestige dans ces deux domaines. Plutôt que de guerroyer les uns contre les autres sur le champ de bataille, les nobles et leurs semblables règlent leurs différents d'une manière plus efficace et bien plus élégante. Pour les questions moins pressantes, les duels sont un moyen d'exploiter le plus agressif des instincts des nobles et leur fournit un débouché socialement acceptable pour leurs faiblesses personnelles.

Les progrès dans l'art du duel apparaissent à un rythme remarquable, du fait qu'il existe un grand réseau de professionnels voyageant à travers le Vieux Monde, constamment en concurrence avec les autres, et perfectionnant leurs compétences. Ainsi, le duel exige de ses participants une formation continue et une pratique constante afin de conserver toutes leurs capacités. L'art imparfait du duel à l'arme à feu est également en évolution rapide, de part les exigences du duel qui fait appel à une plus grande précision et fiabilité de l'arme. Un nouveau groupe d'artisans d'élite a d'ailleurs vu le jour, se spécialisant dans l'élaboration des meilleurs pistolets de duels, et produisant ainsi une plus grande sophistication des armes à feu.

Bien que cela puisse sembler étrange, il peut-être parfois plus important pour un duelliste de maîtriser les législations des duels que son arme. Les règles entourant les duels sont nombreuses et variées et il peut falloir des années, voire des décennies, pour les maîtriser, car chaque école d'escrime, chaque culture, et même chaque tribunal a ses propres coutumes, lois et normes en ce qui concerne les duels. Même si l'on devait remporter un duel, mais que cela a été fait de façon frustre ou en omettant de respecter une des règles, le vainqueur pourrait être raillé et ridiculisé sans aucune pitié.

Fondamentalement, le duel ne nécessite que deux combattants, mais pour être légal, il requiert également un juge ou un témoin. Et pour être socialement acceptable, un duel requiert bien plus que ces quelques mesures de base. Un duel respectable nécessite deux seconds qui assistent chacun le duelliste, deux représentants - un pour chaque duelliste - qui communiquent avec leur homologue pour définir les règles a appliquer et un médecin pour prendre soin de tout blessé ou tué. Les plus absurdes duels comportent également un certain nombre de spectateurs et leur entourage, les serviteurs pour toutes les personnes impliqués, les entraîneurs personnels et les armuriers des Duellistes, voire même des musiciens pour divertir la foule pendant que les  négociations sont en cours.

L'image que l'on a du duelliste est plutôt romantique, mais la vérité est que l'art est totalement empêtré dans l'excès et dans l'extravagance des plus riches.
La formation a un coût prohibitif, ce qui en fait d'autant plus une marque de prestige social que les parures ou les bijoux qu'arborent les nobles. Le duel est devenu une autre façon de se distinguer du peuple et d'incarner l'élitisme d'un riche seigneur. Ses participants consacrent un temps impressionnant à parader et à se venter de leurs performances. Il y a ainsi de grandes chances pour que bon nombre des anciens praticiens voient les duels modernes banaliser ce qui était une pratique honorable, en la transformant en quelque chose d'aussi commun, superficiel et inoffensif qu'une garden-party.

Il y a également de mauvais côtés aux duels. Le plus psychotique et dangereux, est de l'utiliser pour assassiner quelqu'un et terroriser la population, en s'appuyant sur les règles du duel pour rester à l'abri des poursuites.
Certains utilisent simplement les duels comme un moyen de s'affranchir de leurs ennemis, dans la plus sanglante -  mais socialement acceptable - manière. Nombre d'entre eux ont ainsi augmenté leur pouvoir et écrasé leurs rivaux. Un duelliste brillant et avide de sang peut aisément terroriser ses pairs. D'autres défient de malheureuses victimes en un duel à mort, suite à une quelconque injustice perçue, puis leurs extorquent de fortes sommes en réparation afin d'échapper au duel et donc à la mort.
Il existe enfin ceux retors et malhonnêtes, qui feront tout pour gagner un duel : tournant les règles en leur faveur, conspirant contre l'autre duelliste, recourant à l'empoisonnement ou au sabotage des armes, ou faisant appel à de malfaisants seconds qui distrairont leurs rivaux.

avavoum

Duelliste, un mode de vie

Duelliste n'est pas reconnu comme une simple profession ou métier, mais plus comme un titre ou un talent. Une personne prétendant être duelliste n'énonce pas une profession, mais déclare plutôt son titre, telle une personne digne d'un rival tout aussi compétent et qualifié.
Néanmoins, certains combattants gagnent leur vie comme duelliste. Ce sont principalement des étrangers qui jouent le rôle d'enseignants, ou ceux qui ont reçu la formation d'un Maître d'armes étranger. Ces enseignants sont des gens d'expérience, rarement nobles (un noble mépriserait d'être payé par un autre noble). Ainsi, le snobisme de la noblesse des uns envers les autres permet aux gens d'origine humble, mais aux goûts raffinés, de servir de professeur à la noblesse.
Les plus pauvres de ces Maître d'armes sont ceux qui enseignent aux nobles de la campagne ou à de modestes commerçants, auquel cas ils sont généralement rémunéré de une à vingt couronnes d'or par leçon, une leçon durant une heure ou deux.

Les enseignants les plus brillants servent une large noblesse, leur permettant de gagner d'étonnants salaires, d'établir d'innombrables liens sociaux, de se familiariser avec la cour et d'être acceptée au sein de celle-ci. Pour ces quelques chanceux, le salaire peut aller de vingt à cent couronnes par leçon, prix que la noblesse est ravie de payer. C'est en effet une marque de prestige que d'être formé par un professeur réputé, dont les frais exorbitants sont largement connus, propageant ainsi par la même occasion des informations quant au niveau de richesse du noble.

Toutefois, les meilleurs maîtres de duel ont rarement à se rabaisser à ce niveau, car ils sont retenus comme enseignant exclusif par leurs clients. Un riche noble veut généralement bénéficier d'une formation personnelle et exclusive. Les secrets de leurs professeurs deviennent ainsi les leurs et ne sont pas partagés par des rivaux.
Ces maîtres ne perçoivent pas un salaire horaire, mais sont abondamment bien traités. Ils sont parés des vêtements les plus beaux et les plus tendance, des plus belles armes, ils fréquentent la noblesse, sont considérés comme des pairs, et sont en fait traités avec respect et déférence par les nobles eux-mêmes. Peu de personnes issus d'une lignée non noble, sont traités avec autant de respect, et l'entretient d'un tel professeur peut atteindre des dizaines de milliers de couronnes par an.

Pour ceux qui pratiquent le duel de façon moins professionnelle, les duels sont simplement un aspect de leur vie, mais un aspect important. Ainsi ils conservent leurs revenus et leur statut, quel que soit celui accordée par leur naissance. Les Nobles continueront d'utiliser le produit de leur exploitation pour soutenir leur formation duellistes, les marchands continueront leur commerce, etc.

Devenir duelliste

C'est en général une chose assez rare, que certains qualifieront d'une plaisanterie de Ranald, mais une poignée des plus beaux et des plus célèbres duellistes a débutée comme Bandit de Grand Chemin. Parmi les brigands et les hors la loi du Vieux Monde, les Bandits de Grand Chemin sont une race à part, sans doute les plus nobles. Il est naturel pour ceux qui aspirent à de beaux atours, des armes à feu, et une forme de noblesse d'être attirés par les duels. Une brillante carrière de bandit de grand chemin offre une petite chance, à travers des gains mal acquis, de pouvoir s'acheter leur chemin dans cette société de mode.

Le Bandit de Grand Chemin est en fait inspiré par l'art du duel et son art est, d'une certaine façon un petit hommage à celui-ci, qu'importent ses crimes. Toutefois, la plupart des bandits, tout en aspirant à l'idéal du duelliste, ne sont guerre plus que de pâles imitations. Avant l'arrivée des duels, il était traditionnel de régler les différends par le biais des champions de justice, qui se battaient au nom de la noblesse, une tradition toujours populaire aujourd'hui et dans certains cas encore, mandaté par la loi. Toutefois, la nature cavalière du duel insiste sur le fait qu'un noble doit parfois se battre pour lui-même, et ne pas laisser les questions importantes dépendre d'un mercenaire, quel que soit son talent. Le duel a ainsi été en mesure de rivaliser dans une certaine mesure avec les combats de champions.


Comme il fallait s'y attendre, de nombreux champions de la magistrature ont profité de cette opportunité pour devenir eux-mêmes duellistes. La transition n'est pas trop difficile et nombre d'entre eux continuent de poursuivre leur fonction judiciaire comme champions, combattant au nom des nobles, tandis que d'autres deviennent enseignants. Les plus chanceux ont gagné des titres et ont rejoint la noblesse où ils peuvent pratiquer librement l'art du duel en toute indépendance.

Les duellistes les plus communs restent tout de même ceux issus d'une noble lignée, quel que soit leur rang. C'est en effet la noblesse, avec sa richesse, ses temps de loisirs et sa culture qui rend les duels possible, car c'est leur pratique et leur clientélisme qui constitue les fondements des duels de la société. Le duel est une extension de leurs moyens de résolution des conflits et leur patrimoine martiale et ce sont eux qui ont si chaleureusement embrassé cet art et sont se sont si somptueusement investis dans la profusion de celui-ci.
Certains prétendent que la plupart des nobles pratiquent le duel en raison de pressions sociales, mais une poignée de nobles sont profondément attachés à cet art et sont pleinement compétents et qualifiés.

Alors que pour de nombreux nobles, le duel est un passe-temps, pour certains, faire couler le sang est un métier. Pour les Spadassins qui vivent de leurs compétences à l'épée et au poing, entrer dans le monde du duel est le plus grand désir d'une majorité d'entre eux. L'admission dans la classe des duellistes leur permet de progresser socialement, de gagner plus d'argent et de continuer les combats d'une manière socialement acceptable, tout en acquérant un grand prestige. Les spadassins sont souvent engagés par la noblesse comme un bras musclé capable d'effectuer diverses actions, et un personnage à l'esprit vif peut saisir cette occasion pour gagner la confiance et le respect d'un noble, et lui enseigner quelques-unes des subtilités des combats. De nombreux nobles recherchent des spadassins dans le but de les utiliser à leurs propres fins, les obligeant à effectuer de sales besognes et se servant de leur passé comme un moyen de les contrôler soigneusement.

Les débouchés de la carrière

Aussi séduisant que soit l'art du duel, il y a beaucoup d'autres choses dans le monde qui requièrent l'attention de la noblesse et de leur entourage. Des affaires plus urgentes peuvent les obliger à mettre de côté leur entraînement, ou au moins partager leur attachement à cette pratique avec autre chose.

Pour certains, la mise à mort devient une pratique facile et rentable. Un duelliste est une personne connue pour ses compétences et sa fraîcheur, et ses aptitudes peuvent être mis à profit pour d'autres utilisations si le prix est conséquent. C'est ainsi que certains Duellistes, sciemment ou non, peuvent servir d’Assassin aux ordres d’un noble, s’occupant de la sale besogne. Par exemple, de nombreux spadassins qui, au service d'un noble, vont devenir duellistes, sont souvent redevables et vont continuer secrètement à le servir.

Mais le destin est une chose inconstante et le monde tourne parfois à l’envers. Les Duellistes, en dépit de leur position dans la société ne sont pas nécessairement au-dessus des lois et beaucoup sont déclarés hors-la-loi. Ils deviennent alors Bandits de Grands Chemins, agissant comme des voleurs, mais s’imposant de poursuivre un mode de vie comme s’ils étaient nobles. Il arrive aussi que des nobles, appelés par l'attrait d'une vie de criminalité, mènent secrètement une double vie, passant pour un noble duelliste le jour et devenant bandit galant la nuit.

L'art du duel a toujours attiré ceux qui s'intéressent à toutes les activités militaires, et certains duellistes se tournent vers des carrières martiales. Ainsi, avec l'argent de leurs duels précédents ou de leurs possessions, de nombreux duellistes vont fonder des compagnies de mercenaires et tentent leur chance dans le Vieux Monde. D'une certaine manière, l'art de la guerre est semblable à l'art du duel, avec ses lois et ses règles propres et être Capitaine Mercenaire équivaut à mener un duel à une bien plus grande échelle, un concept attirant pour de nombreux nobles.

Bien sûr, la plupart des pratiquants du duel sont des nobles qui n'ont aucun intérêt à être quoi que ce soit d’autre. L'art du duel, si l'on y est habile, fait beaucoup pour remplir un agenda social. Un duelliste populaire et puissant peut facilement influencer et infléchir un tribunal, acquérant prestige et honneurs grâce à son expertise, voire même accroître la fortune de sa famille en obtenant des titres et des terres par le biais de sa réputation et de ses relations.

Source : Traduit de l’anglais "D is for duellist" - Rev Lepper

En cache depuis le 03/11/2017